"On ne peut plus vivre avec des médecins qui arrivent en bateau et repartent avec le suivant" : l'île de Groix dans la tourmente | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

"On ne peut plus vivre avec des médecins qui arrivent en bateau et repartent avec le suivant" : l'île de Groix dans la tourmente

 tels que des pressions pour augmenter le nombre d’actes et réduire le temps de consultation*, un secrétariat mal géré, le manque de matériel (notamment d’électrodes pour les électrocardiogrammes).

“Au début, les secrétaires n’avaient pas de lecteur de carte professionnelle de santé (CPS) donc elle ne pouvait pas utiliser les cartes vitales des patients et avaient un travail de prise de notes terrible”, rapporte le Dr Tattevin qui a prêté main forte à deux reprises au mois de juillet à la suite du départ en arrêt maladie du Dr Vuaillat-Saigot. “Il y avait aussi des problèmes de récupération des résultats de bio, des courriers des médecins…”, ajoute l’ancienne professeure des universités. “Le premier jour, je suis arrivée à 9h, je suis rentrée chez moi à 22h en me disant ‘Je crois que je vais revendre ma maison et je ne mettrai plus jamais les pieds sur cette île’, tellement j’étais épuisée.”

Cette dernière déplore en particulier un manque d'anticipation dans la mise en place de Kersanté - sollicité par l’ARS, ainsi qu’un manque de coordination avec les acteurs déjà présents. “Kersanté a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.” Une critique qui déplaît au Dr Laurence Marrié, directrice médicale des centres de santé Kersanté : “Je suis très en colère car je ne suis pas arrivée en terrain conquis en disant on va faire comme ci, on va faire comme ça. On a essayé de se calquer sur une organisation existante en ne mettant pas en place ce que l’on fait habituellement. Mais dès le début, il y a eu un savonnage de planches.”

“On a fait ce qu’on pouvait avec les moyens du bord. On a repris les outils disponibles. Ce n’était pas très au point manifestement puisque dès le début du mois de juillet, le secrétariat téléphonique a bugué. Il ne répondait plus au téléphone. Ce n’était pas de notre fait. On a donc permis aux patients de prendre rendez-vous sur Doctolib. Une solution qui est venue en complément du secrétariat. Nous n’avons rien remplacé. Aussi, nous avons ajouté une deuxième personne à l’accueil.” (voir encadré)

 

“Mission impossible”

Le Dr Vuaillat-Saigot annonçant son départ définitif, le Dr Hélène Szczepanski s’est retrouvée seule, alors que les touristes affluaient. Après plus d’un mois à tenter de boucher les trous avec des renforts venus du continent, la jeune médecin a fini par jeter l’éponge. Et aucun autre médecin n’a été trouvé pour la remplacer, laissant les quelque 2.000 habitants à l’année de l’île dans le désarroi. “Des médecins de passage viennent en renfort, mais ils ne connaissent pas les patients. C’est ingérable, c’est carrément une mission impossible. Les dossiers ne sont pas gérés correctement, les gens sont mécontents”, constate Frédéric Delange, pharmacien installé depuis 16 ans et président de l'Association des professionnels de santé de l'Ile de Groix (Aspig).

Selon lui...

33 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…