Un médecin dans un camion : l'idée d'un député contre les déserts | egora.fr
PUB

Dossiers du moment

Vous êtes ici

A+ A-

Un médecin dans un camion : l'idée d'un député contre les déserts

société Dok'ici et l'Aceso promettent donc "le retour du médecin près de chez soi".  

Un retour semé d'embuches. Bien que soutenu par Agnès Buzyn –"elle a simplement regretté de ne pas avoir eu l'idée elle-même", remarque Jean-Louis Touraine-, puis par Olivier Véran, le projet a dû obtenir de nombreuses autorisations avant de voir le jour. La commune de Givors a mis 50 000 euros, tandis que la région et l'ARS devraient bientôt débloquer les fonds auxquels un centre de santé peut prétendre. De quoi financer en partie le budget annuel prévisionnel du centre, estimé à 750 000 euros. Quant au camion, en tant que prototype, il est mis à disposition par Alain Sitbon de Dok'ici. Tout équipé, il coûte la bagatelle de 200 000 euros. Sans compter les frais de fonctionnement. "En termes de frais d'essence et de temps de déplacement, les consultations données dans le véhicule s'apparentent à de la visite à domicile, considère le Pr Touraine. Pour parvenir à un équilibre financier, elles doivent être majorées comme telles." Reste à convaincre la Cnam. "On n'a pas eu de fin de non-recevoir mais je n'ai pas encore de réponse précise…", confesse Jean-Louis Touraine. 

 

Concurrence 

Il a également fallu convaincre l'Ordre des médecins du bien-fondé de la démarche. Car, même si le cabinet médical mobile n'a rien à voir avec de la médecine itinérante, interdite par le code de déontologie, il peut être perçu comme un concurrent pour les médecins libéraux du coin. Dans l'Ain, autre territoire où l'implantation d'un cabinet médical mobile est prévue, le CDOM n'est "pas très enthousiaste, confie Jean-Louis Touraine. Alors que c'est un territoire très carencé en médecins. Ils se sont montrés plus préoccupés par le maintien de l'exercice libéral." Voir débarquer chaque semaine un médecin salarié dans un camion peut en effet susciter certaines appréhensions. "La concurrence, quand on est à ce niveau d'insuffisance, ça n'existe plus, répond le député. Au contraire, les médecins installés ne se feront plus disputer car ils ne peuvent plus prendre de nouveaux patients ou donner des rendez-vous à moins de trois semaines", souligne-t-il. Pour ce dernier, la profession doit faire sa "mutation générationnelle". 

 

Pour l'heure, deux médecins ont été recrutés, soit l'équivalent d'un temps plein, au centre de santé de Givors. "Il faudrait quatre équivalents temps plein pour fonctionner le centre de 8 à 20 heures la semaine et de 8 à 12h le samedi comme prévu", indique Marion Demontès, chargée de mission à l'Aceso. Les médecins seront rémunérés "sur une base moyenne de 4000 euros brut mensuelle pour un temps plein de 35 heures", précise-t-elle. Deux profils de médecins se distinguent parmi les candidats : "des jeunes médecins remplaçants qui ont besoin de stabilité et des jeunes retraités qui ne veulent pas passer d'une suractivité à pas d'activité du tout", constate le Pr Touraine. Ces derniers sont donc tentés par la possibilité d'un temps partiel. 

A la fin de l'année, un autre cabinet médical mobile doit être lancé dans l'Orne. D'autres projets sont en cours en Ardèche, dans le Puy-de-Dôme et dans l'Ain, donc. "Ailleurs, des maires, qui désespèrent de trouver des médecins, nous ont contactés", ajoute Jean-Louis Touraine. Le centre de Givors fera office de test. 

 

60 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…