Installation : une enquête révèle ce que veulent les jeunes médecins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Installation : une enquête révèle ce que veulent les jeunes médecins

les raisons personnelles, les transports, l'attachement au territoire, le coût du logement, les équipements culturels et sportifs et la "connectique satisfaisante". Bref, l'aménagement du territoire au sens large.

Par ailleurs, 86 % des internes détermineront leur projet d'installation en fonction de leur conjoint. "En moyenne, la première inscription à l'Ordre se fait à 32 ans, rappelle Pieter Prats, porte-parole de l'Isnar-IMG. La vie de famille est déterminante."

Pour 59% des médecins déjà installés, 81% des internes et 87% des remplaçants, la présence sur le territoire d'autres professionnels de santé ou d'un hôpital est également importante. Pour l'Ordre, c'est le signe d'une "appréhension à être seul responsable de la santé du territoire".

 

  • Plébiscite pour l'exercice collectif ou coordonné

Si 75 % des internes ayant répondu à l'enquête envisagent l'exercice libéral, seuls 3% d'entre eux comptent s'installer seul (contre 24% des installés). L'exercice mixte emporte 27 % des suffrages, suivi par le cabinet de groupe (24 %) et la maison de santé (21 %).

Mais les jeux sont loin d'être faits : 15 % des répondants seulement affirment que leur projet d'installation est bien défini. Pour les jeunes médecins, cette faible proportion témoigne d'une "difficulté à se projeter" qui s'explique par le faible temps de stage en médecine de ville. Pour l'heure, 85% des externes ont fait au moins un stage en ville. La réforme du 3ème cycle prévoit que les internes en médecine générale accomplissent deux stages sur six au cabinet, mais toutes les facultés ne sont pas en mesure d'atteindre cet objectif, encore moins de partager le stage en trois terrains d'exercice. "C'est une perte de chance en termes de découverte des différents modes d'exercice", relève Sayaka Oguchi, présidente du SNJMG.

Dans ce contexte, le remplacement exclusif apparaît comme une étape préalable presque incontournable : 81% des installés sont passés par là.

 

* Par ailleurs, 53 % des 15 319 participants à l'enquête sont des généralistes, 37% exercent une autre spécialité médicale et 10 % une spécialité chirurgicale. Les répondants sont des femmes à 60 % et la majorité (52 %) ont moins de 40 ans.

11 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…