À Marseille, une campagne inédite entre hospitaliers et libéraux pour éviter le renoncement aux soins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

À Marseille, une campagne inédite entre hospitaliers et libéraux pour éviter le renoncement aux soins

négliger les autres pathologies”, a déclaré Dominique Rossi. Des panneaux d’affichage, élaborés en concertation avec la ville, ont ainsi été mis en place dans les rues et dans le métro cette semaine pour sensiliser les Marseillais.

À l’hôpital, un circuit sera opérationnel pour les patients externes, “avec remise d'un masque, la mise à disposition de gel hydroalcoolique et, bien sûr, une distanciation sociale garantie”, précise le directeur général de l’AP-HM. En ville, depuis le début de l’épidémie, des filières spécifiques pour que les patients ne se croisent pas en salle d’attente et des délais ont été aménagés. En parallèle, environ 2.500 patients, qui ont suivi un traitement Covid à l’hôpital, font aujourd’hui partie de la file active dédiée au suivi des patients, mise en place depuis le début de la crise. “L'objectif est de travailler encore plus ensemble qu’auparavant dans l’intérêt des patients”, reprend Jean-Olivier Arnaud.

En “unissant leur voix”, les hospitaliers et les libéraux espèrent pouvoir éviter cette “seconde crise” et inciter les malades à consulter de nouveau, soit en présentiel ou au travers de la téléconsultation, car l’enjeu n’est pas non plus de “se ruer aux urgences”. “Ça fait longtemps qu’on parle de ce lien ville hôpital qui mérite d’être tissé, on s’est souvent fait l’écho de difficulté de transmissions d’informations. Aujourd’hui, certaines barrières sont en train de tomber, les outils ne sont pas tous opérationnels. Dans le suivi des patients Covid, plusieurs logiciels sont nés”, à l’image de TerCovid, note Laurent Saccomano. Ça mérite encore d’être développé, par exemple quand un patient ne nécessite plus une hospitalisation [...], il faut que l’information soit délivrée presqu’en direct pour que les professionnels de santé libéraux assurent son suivi.”

 

 

Pour le Pr Rossi, cette communication commune est une véritable “révolution” dans l’organisation du système de santé. “Ce tremblement de terre qu’est le Covid nous a poussés à avancer sur des tas de choses qui feront qu’à l’avenir, je pense, la santé de nos concitoyens va être envisagée de manière différente et beaucoup plus pertinente.”

*Union régionale des professionnels de santé médecins libéraux

 

À Paris, l’AP-HP aussi tire la sonnette d’alarme
Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris a constaté une nette diminution du nombre de personnes admises dans les services d’urgence de ses hôpitaux pour des pathologies autres que le coronavirus, ainsi qu’une baisse “inquiétante” de fréquentation des services d’oncologie. Sur l’ensemble de l’AP-HP, depuis le début de l’épidémie, le nombre d’endoscopies a baissé de plus de 50%. Du 15 au 30 mars 2020, le nombre d’appendicites prises en charge par cœlioscopie a, par exemple, baissé de 35% par rapport à la même période en 2019. De même, au 14 avril, le nombre d’accidents cardio-vasculaires accueillis dans les services d’urgence est inférieur de 15% sur les sept derniers jours par rapport à la même période l’an dernier. Les urgences sont, elles aussi, désertées puisque les passages ont chuté de 45% pour les adultes et de 70% pour les enfants.
Inquiète pour la santé des malades, l’AP-HP assure que des mesures de précaution ont été mises en place dès l’accueil des patients. L’organisation de l’hôpital a ainsi été adaptée pour “accueillir les patients en toute sécurité”. Des recos sur “l’organisation du parcours des patients, de la protection des patients et des personnels hospitaliers à l’heure du confinement et de la reprise de l’activité non Covid-19” viennent d’être définies.
11 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…