CPTS : trois minutes pour comprendre les enjeux de la négo | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

CPTS : trois minutes pour comprendre les enjeux de la négo

seront rémunérées en fonction de l'atteinte d'objectifs.

Première responsabilité des CPTS : trouver un médecin traitant (MT) aux 11,6% patients de plus de 16 ans qui n'ont pas – en tout cas, à ceux qui en veulent un. Les communautés devront les recenser, identifier la capacité des généralistes du territoire à prendre de nouveaux patients et définir les patients prioritaires. Elles devront notamment anticiper les départs en retraite des médecins. L'atteinte de l'objectif serait mesurée par des indicateurs tels que par l'augmentation de la patientèle MT par médecin ou l'augmentation de la population bénéficiant d'un MT.

Autre grande mission : organiser la réponse à la demande de soins non programmés à l'échelle du territoire. La Cnam rappelle à ce titre que 43% des passages aux urgences relèvent d'une prise en charge de ville et que 75% de ces passages ont lieu entre 8 heures et 20 heures en semaine. Pour désengorger les urgences, il faut donc pouvoir répondre à la demande d'un rendez-vous chez le généraliste dans les 24 heures, et chez un spécialiste de 1er ou 2nd recours dans des "délais rapides". Après un état des lieux, la CPTS coordonnera l'ouverture de plages horaires de soins non programmés, réparties sur toute l'amplitude de la journée et de la semaine, la PDSA prenant le relais en soirée et le week-end. A charge pour elle de mettre en place le dispositif d'orientation et les outils numériques nécessaires (agenda partagé, plateforme etc.). La Cnam encourage également à utiliser la télémédecine et à organiser un "accès simple à des examens de radiologie/biologie". La baisse du nombre de recours aux urgences sur le territoire, le nombre de consultations enregistrées dans ces plages de soins non programmés et la satisfaction des patients sont autant d'indicateurs qui pourraient être mis en place.

Les attentes de la population étant fortes sur l'accès aux soins, ces deux missions font consensus parmi les syndicats. Mais elles laissent néanmoins perplexes Jean-Paul Hamon : "En plantant des CPTS, fera-t-on pousser des médecins qui n'existent pas?"

Quant à l'organisation des parcours entre 1er/2nd recours, entre ville et hôpital et entre les secteurs sanitaire, médico-social et social, tout le monde s'accorde sur sa nécessité : elle améliorera la continuité des soins, permettra d'éviter des hospitalisations/réhospitalisations et favorisera le maintien à domicile. La Cnam suggère aux CPTS de procéder par étape en organisant des parcours ciblés : personnes atteintes de handicap, sorties d'hospitalisation… Plusieurs syndicats ont insisté sur la nécessité de s'y atteler sans délai, alors que la Cnam comptait...

10 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…