Près de 90% des Français prêts à aller plus loin dans le partage d'actes entre médecins et paramédicaux | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Près de 90% des Français prêts à aller plus loin dans le partage d'actes entre médecins et paramédicaux

D'après un sondage OpinionWay pour l’Ordre national des infirmiers portant sur les Français et l’accès aux soins, 9 personnes sur 10 sont favorables à ce que d’autres professionnels de santé que le médecin traitant puissent prendre en charge et orienter un patient pour qu’il soit soigné rapidement, ainsi qu’étendre le partage de tâches entre les praticiens et les paramédicaux. 

 

“Alors que la nécessité d’une réforme profonde du système de santé fait l’objet d’un consensus général et qu’il paraît plus urgent que jamais de mettre en œuvre les principes exprimés par l’accord du Comité de liaison inter ordres (Clio), l’Ordre national des infirmiers (ONI) a souhaité connaître l’opinion des Français sur ces questions majeures”, indique l’instance, qui a réalisé un grand sondage, publié ce mercredi 23 novembre.

Il en ressort d’abord que 89% des personnes interrogées sont inquiètes à l’idée que l’offre de soin puisse se dégrader. Tout comme le prône le Clio, souligne l’ONI, neuf Français sur 10 sont pour permettre à d’autres professionnels de santé que le médecin traitant de prendre en charge et orienter un patient pour qu’il soit soigné rapidement, dans les déserts médicaux. Par ailleurs, 89% se sont également dit favorables au fait de développer le partage des soins entre les médecins traitants et les paramédicaux (infirmières, pharmaciens, kinés…) “dans l’intérêt des patients”. Seuls 10% y sont opposés. Enfin, 87% des interrogés avaient confiance dans les soignants pour mettre cela en place. 

Dans le détail, 88% des patients sont favorables à ce que les infirmières puissent, par exemple, prescrire une radio en cas de fracture, prescrire un bilan sanguin, proposer des consultations pour lutter contre l'alcoolisme, l’arrêt du tabac ou lutter contre l’obésité sans prescription médicale. 85% le sont aussi pour qu’elles puissent prescrire une échographie dans le cadre d’une grossesse. 84% sont favorables à ce que les infirmières puissent prescrire des antidouleurs tels que le paracétamol ou l’aspirine et 81% à ce qu’elles puissent renouveler des ordonnances pour les ALD. Enfin, dans une moindre mesure, 53% étaient favorables à les autoriser à établir des arrêts de travail. 

 

*échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence, précise OpinionWay. 

 

 

29% des infirmières envisagent de quitter leur métier d’ici 12 mois
Parallèlement à ce grand sondage, les infirmières ont été interrogées par l’Ordre sur les difficultés auxquelles elles font face aujourd’hui dans leur activité. D’après leurs réponses, 29% envisagent de quitter leur métier dans les 12 mois à venir. Seules 27% d’entre elles se sont par ailleurs dit prêtes à conseiller leur métier à leurs proches. Des chiffres qui inquiètent l’Ordre, qui y voit un “vrai enjeu d’attractivité et de renouvellement de la profession”.
8 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

Gestion du cabinet

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…