Techniques d’allongement du pénis : balance bénéfice/risque négative, selon une méta-analyse | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Techniques d’allongement du pénis : balance bénéfice/risque négative, selon une méta-analyse

Les techniques visant à accroitre la taille du pénis n’ont pas prouvé leur efficacité et peuvent engendrer des complications importantes, rapporte une étude réalisée par des chercheurs britanniques, qui incitent donc à la prudence dans ce domaine.

De multiples techniques existent pour accroitre la taille et la circonférence du pénis. Elles sont chirurgicales (section du ligament suspenseur de la verge, greffe de derme, de tissus..), par injections (acide hyaluronique, graisse, silicone..), ou mécaniques (pompes, extenseurs…). Cependant, les études fiables permettant d’évaluer leur efficacité font défaut. C’est pourquoi ces auteurs londoniens ont mené une revue systématique de la littérature sur ce sujet. Les études devaient porter sur au moins 10 cas et ne concerner que les hommes ne présentant pas d’anomalie pénienne. Les critères pris en compte comportaient la satisfaction du patient, l'augmentation de la taille du pénis et les éventuelles complications liées au traitement.

Au total, 17 études ont été incluses, portant sur 1 192 hommes. Et 21 types d’intervention ont été analysés dans ces études. Globalement,  la qualité des études a été jugée par les auteurs "médiocre en termes de méthodologie de sélection des patients et d'évaluation des résultats". Et ce d’autant plus que la grande majorité des patients rapportaient une taille de pénis considérée comme normale. "En plus des risques physiques, beaucoup d'hommes dépensent d'importantes sommes d'argent ce qui, en cas de résultat décevant, peut accroître de façon significative leur sentiment de honte et leurs problèmes psychologiques, alors qu'ils n'avaient aucun problème physique au départ", souligne Gordon Muir, urologue au King's College Hospital (Londres) et coordonnateur de l'étude, interrogé par l'AFP.

Plus précisément, les extenseurs péniens augmentaient la longueur de moins de 2 cm ; alors que les pompes ne montraient aucune efficacité sur ce critère. Les traitements par injection permettaient un accroissement de la circonférence mais étaient associés à un "taux de complications élevé". Les interventions chirurgicales (principalement incision du ligament suspenseur) entrainaient une augmentation significative de la taille du pénis ; mais là encore, "les complications n'étaient pas rares".

De plus, "aucune vérification indépendante" des déclarations des participants n'a été effectuée, insiste Gordon Muir, ce qui affaiblit considérablement les conclusions des études concernées.
Les auteurs soulignent enfin l’importance de l’aspect psychologique...

Sources : 
5 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement
Egora vous recommande également : 

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…