PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Congrès français d’urologie 2017 : vers un plan personnalisé des soins en oncosexologie

Prendre en compte la sexualité est essentiel après un cancer urologique.

Le Pr Éric Huyghe, urologue au CHU de Toulouse, a souligné l’importance de l’oncosexoxologie chez les patients urologiques. Les plaintes sont, en effet, fréquentes chez les malades, notamment ceux opérés par prostatectomie, et encore insuffisamment prises en compte malgré les progrès. Or, a-t-il insisté, une enquête récente a montré qu’une proportion non négligeable des malades accepteraient de sacrifier 5 ans de vie si cela permettait de conserver une vie sexuelle normale. "Il est essentiel de prendre en charge le couple car la partenaire présente fréquemment une dysfonction sexuelle", a-t-il rappelé. Ainsi, une étude parue en 2008 a confirmé que plus de 40 % d’entre elles souffraient de troubles du désir, 13 % de sécheresse vaginale, 14 % de troubles de l’orgasme, 10 % de problèmes de santé interférant négativement avec la sexualité. De plus, impliquer la femme diminue le risque de mauvaise adhésion au projet de soins.

Un tiers des patients rapportent que la sexualité n’est pas ou plus leur préoccupation, et un tiers présentent des troubles sexuels de traitement facile, lorsque la prise en charge est précoce. Le dernier tiers présentent des troubles plus complexes, pour lesquels il existe des médicaments. Cependant, dans tous les cas, l’accès à l’information pour les malades est une exigence déontologique, et ce à tous les stades évolutifs de la maladie, y compris au stade palliatif où l’affectif prédomine souvent sur le corporel. 

 

Le rôle central de l’urologue

Les enquêtes, réalisées auprès des professionnels de santé, confirment que l’urologue joue un rôle central dans la prise en charge de ces troubles sexuels. Une enquête récente indique d’ailleurs, que plus des trois quarts d’entre eux seraient prêts à suivre une formation complémentaire en oncosexualité. Néanmoins, le Pr Huyghe estime que sur le modèle de la consultation d’annonce en oncologie, les infirmiers pourraient également être des professionnels ressources car les patients se confient facilement à eux.

Une réflexion est en cours pour mettre au point un plan personnalisé de soins en oncosexologie pour les cancers urologiques.

 

Sources : 

111e Congrès Français d’Urologie (Paris du 15 au 18 novembre 2017). D’après la communication de E. Huyghe (Toulouse).

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…