Prévention primaire des fractures, en population générale, par le calcium et/ou la vitamine D : niveau de preuve insuffisant | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Prévention primaire des fractures, en population générale, par le calcium et/ou la vitamine D : niveau de preuve insuffisant

Les fractures ostéoporotiques résultent de la fragilité osseuse, elle-même secondaire à une perte osseuse ou à de changements structuraux osseux. Bien que toutes les fractures ostéoporotiques ne soient pas directement attribuables à des carences en vitamine D ou en calcium, ces nutriments sont des facteurs modifiables importants nécessaires à une santé osseuse optimale. Y a-t-il un bénéfice (et des risques) à supplémenter de manière systématique en calcium et en vitamine D ?

Les recommandations de l’USPTF (The US Preventive Services Task Force) n’allaient pas dans ce sens en 2013. Cela reste-t-il vrai en 2018. Une nouvelle méta-analyse (1) des essais cliniques randomisés ou des études observationnelles sur la supplémentation en vitamine D et/ou en calcium chez des populations adultes (à l’exclusion des populations institutionnalisées ou ayant une carence en vitamine D connue, une ostéoporose ou une fracture antérieure) a été commandée par l’USPTF avant d’émettre ses recommandations.  

Onze essais contrôlés randomisés (ECR) (N = 51 419) chez des adultes de 50 ans et plus et durant de 2 à 7 ans ont été inclus. En comparaison du placebo, la supplémentation en vitamine D diminue l'incidence totale des fractures (1 ECR [n = 2686], différence de risque absolue [DRA] = -2,26% [IC 95% : -4,5 à 0%]) mais n'est pas associée avec le risque de fracture de hanche (3 ECR [n = 5496]; DRA groupée = -0,01% [-0,80 à 0,78%]). La supplémentation en vitamine D et calcium n'a aucun effet sur l'incidence totale de fractures (1 ECR [n = 36 282], ARD = -0,35% [1,02 à 0,31%]) ou sur l'incidence de fractures de hanche (2 ECR [n= 36 727], ARD provenant de l'essai plus grand = -0,14% [-0,34 à 0,07%]). Les éléments de preuves pour le calcium seul étaient limités, avec seulement 2 études (n = 339 au total) et des résultats très imprécis. Une supplémentation en vitamine D seule ou en calcium n'a pas d'effet significatif sur la mortalité toutes causes confondues ou l’incidence des maladies cardiovasculaires. Les ARD se situaient entre -1,93% et 1,79%, les intervalles de confiance n'étant pas significatifs. La supplémentation en vitamine D et calcium est associée à une augmentation de l'incidence des calculs rénaux (3 ECR [n = 39 213]; ARD groupée = 0,33% [0,06 à 0,60%]), alors que la supplémentation en calcium seul ne l’est pas (3 ECR [n = 1259], ARD groupée = 0,00% [-0,87 à 0,87%]). La supplémentation en vitamine D et en calcium n'est pas associée à une augmentation de l'incidence du cancer (3 ECR [n = 39 213]; ARD groupée= -1,48% [-3,32 à 0,35%]).

En conclusion, la supplémentation en vitamine D seule ou associée à du calcium n'est pas associée à une réduction de l'incidence des fractures chez les adultes en population générale non institutionnalisée sans carence avérée en vitamine D, ostéoporose ou antécédents de fracture. La vitamine D avec le calcium est en revanche associée à une augmentation de l'incidence des calculs rénaux. En 2018, l’USPTF reste donc sur sa position et continue à ne pas recommander l’utilisation de calcium et de vitamine D systématique dans cette population (2).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…