Médecine : les grands enjeux qui vont marquer 2018 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Médecine : les grands enjeux qui vont marquer 2018

 

Microbiote : de grandes promesses

Le microbiote intestinal pourrait modifier notre façon de considérer un grand nombre de maladies chroniques et sans traitement.

Les maladies chroniques sont de plus en plus fréquentes. Or, la plupart ont une origine inflammatoire. Tous les chercheurs rêvent de trouver une parade, avec une découverte majeure comme ce fut le cas avec la pénicilline, par exemple, pour les maladies aiguës, et pour cela le microbiote intestinal est un candidat idéal. Depuis 2008, le projet de recherche européen MetaHIT coordonné par l’Inra analyse l’ensemble des génomes des micro-organismes présents dans l’intestin. Deux résultats majeurs ont été publiés dans la revue Nature : la constitution d’un catalogue de gènes bactériens de l’intestin et la découverte des entérotypes. Ils sont de trois types dans la population mondiale, chacun étant caractérisé par une population bactérienne prépondérante.

Ces avancées ont ouvert différentes pistes de recherche :

- la détection précoce des maladies chroniques, car les perturbations du microbiote (dysbiose) peuvent être des signaux avant- coureurs de certaines maladies ; de nombreux travaux ont déjà permis de relier un grand nombre de maladies chroniques non transmissibles majeures et des profils de dysbiose intestinale ;

– la médecine personnalisée, car la classification en entérotypes devrait aider à développer des outils de diagnostic permettant de déceler les cas où le traitement prévu ne serait pas efficace, et d’adapter ce dernier en conséquence ;

– une alimentation adaptée. S’il existe un moyen de déceler des signaux précurseurs d’une maladie comme l’obésité, alors il devient possible d’imaginer des interventions nutritionnelles et un conseil en alimentation pour rétablir un microbiote sain.

Tous les acteurs majeurs de la santé investissent actuellement dans la recherche sur le microbiome. Pour l’instant, les produits à visée thérapeutique disponibles sont les prébiotiques et les probiotiques, qui peuvent être considérés comme des premières armes, les « traitements de fond » étant à venir.

La réalisation d’essais cliniques en double aveugle a montré que les probiotiques ont une « légitimité » thérapeutique dans la dysbiose liée à la diarrhée aiguë de l’enfant et à la diarrhée associée aux antibiotiques. Mais tous les probiotiques ne se valent pas. Les probiotiques disposant d’études cliniques contrôlées référencées (Lactobacillus rhamnosus [LGG], Bifidobacterium infantis 35624, Saccharomyces boulardii Cncm I-745...) sont à préférer.

 

Miser sur l’obligation vaccinale >>>...

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…