La prise de poids est une possibilité à prendre en compte lors de l’instauration d’un traitement antidépresseur | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La prise de poids est une possibilité à prendre en compte lors de l’instauration d’un traitement antidépresseur

Les antidépresseurs sont de plus en plus prescrits (jusqu’à 23 % d’une population en soins primaires ont reçu un antidépresseur entre 1995 et 2011).

L’obésité est associée à la dépression qui est particulièrement fréquente chez les patients ayant une obésité sévère. Le traitement antidépresseur pourrait aussi être associé à une prise de poids, même si les mécanismes en sont mal connus. Afin d’évaluer l’association à long terme entre la prescription d’antidépresseurs et le poids corporel, une étude de cohorte de population a été mise en place, à partir de la base de données de la Recherche en Pratique Clinique du Royaume-Uni, entre 2004 et 2014. Les données de 136 762 hommes et 157 957 femmes ayant eu au moins 3 mesures de l’IMC ont contribué à cette étude dont le critère d’évaluation principal était la prescription d’antidépresseurs.

Dans l’année d’entrée dans l’étude, 17 803 hommes (13 %) et 35 307 femmes (22.4 %) d’âge moyen 51.5 ± 16.6 ans ont reçu des antidépresseurs. Au cours des 1 836 452 personnes x années de suivi, l’incidence d’un nouvel épisode de prise de poids ≥ 5 % chez les participants n’ayant pas eu d’antidépresseurs était de 8.1 pour 100 personnes/années alors qu’il était de 11.2 pour 100 personnes/année chez les participants qui avaient reçu des antidépresseurs (rapport des taux ajustés = 1.21 ; IC 95 % = 1.19-1.22, p < 0.001). Le risque de prise de poids continuait à augmenter au cours d’au moins 6 ans de suivi. Dans la seconde année de traitement, le nombre de participants traités par des antidépresseurs pendant 1 an pour 1 épisode supplémentaire de prise de poids ≥ 5 % était de 27 (25 à 29). Chez les sujets qui avaient initialement un poids normal, les rapports des taux ajustés pour la transition du surpoids à l’obésité était de 1.29 (1.25 à 1.34). Chez les personnes qui étaient initialement en surpoids, le rapport des taux ajustés pour la transition du surpoids à l’obésité était de 1.29 (1.25 à 1.33). Les associations pouvaient ne pas être causales et les facteurs confondants résiduels pourraient contribuer à la surestimation de ces associations.

Quoi qu’il en soit, l’utilisation à large échelle des antidépresseurs pourrait être un facteur contributif à l’augmentation à long terme du risque de prise de poids à l’échelle de la population. Le risque de prise de poids doit être considéré lorsque l’on prescrit un traitement antidépresseur.

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…