Méthadone : le risques d’overdoses et de décès en hausse | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Méthadone : le risques d’overdoses et de décès en hausse

la méthadone en France et plus particulièrement sur les raisons de son obtention illégale. En vue d’infléchir l’augmentation continue des cas d’overdoses et de décès dans lesquels la méthadone est impliquée, la Commission a souhaité qu’un plan d’actions soit élaboré. Réagissant à cette proposition, la Fédération Française d’Addictologie (FFA) soutient la Commission pour la mise en place d’un plan d’actions. La FFA souligne également "l’importance des données et analyses scientifiques dans toute réflexion sur les modalités de prescription et de dispensation de la méthadone et dans le champ des addictions en général".

Ces données suivent de quelques semaines la publication des premières recommandations européennes sur la prise en charge des addictions aux opioïdes (Recommendations for Buprenorphine and Methadone Therapy in Opioid Use Disorder : a European consensus. Maurice Dematteis et al. Expert Opin Pharmacother. 2017 Dec ; 18 (18) : 1987-1999). Les dernières recommandations françaises datent de 2004. Selon ces premières recommandations européennes, "la prise en charge des patients ayant un trouble d'usage des opioïdes (TUO) comprend généralement un traitement par agoniste des opioïdes (OAT) dans le cadre d'un plan de traitement intégré". L'utilisation de la méthadone et de la buprénorphine doit se faire "dans le cadre d'un plan de traitement intégré", avec "des interventions psychosociales visant à réduire les risques d'utilisation illicite d'opioïdes, de diminuer la mortalité par surdosage, les infections par le VIH ou le VHC et à améliorer les résultats sanitaires, psychologiques et sociaux".

Les recommandations pour les choix d'OAT sont basées sur l'efficacité clinique, l'innocuité, la préférence du patient, les effets secondaires, les interactions pharmacologiques, la qualité de vie, le potentiel de titration des doses et les résultats (désir de contrôle, consommation continue d'opioïdes et autres comorbidités psychiatriques). "Les femmes enceintes, les prisonniers, les patients ayant des problèmes de santé mentale ont des besoins spécifiques qui doivent être traités avec le recours d'experts".

Le traitement à la buprénorphine est recommandé en tant "qu’une option importante sur le profil de sécurité avec un faible risque de surdosage". La buprénorphine / naloxone est recommandée dans les risque d'abus ou de détournement. "La méthadone bénéficie d’un grand recul clinique chez les patients qui peuvent continuer à utiliser d'autres opioïdes, pour ceux qui ont des douleurs et / ou bénéficient des effets sédatifs. Il y a un risque important de surdosage avec la méthadone".

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…