Pollution : un sujet « chaud » pour les pneumologues européens | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Pollution : un sujet « chaud » pour les pneumologues européens

cette association néfaste n’était plus retrouvée à l’âge de 15 ans. On ne peut donc écarter l’hypothèse, favorable, « qu’avec la croissance pulmonaire, les effets délétères de la pollution puisent être compensés ».  

Impact sur la mortalité des nourrissons

Une autre étude épidémiologique britannique, entreprise sur près de 8 millions de naissances, survenues au Pays de Galles et en Angleterre entre 2001 et 2012, est plus inquiétante. Comme l’a expliqué le Dr Sarah Kotecha (Université de Cardiff, Royaume-Uni), elle conclut en effet que « trois polluants atmosphériques, en l’occurrence les particules fines PM10 et le dioxyde d’azote (NO2) liés à la circulation automobile, ainsi que le dioxyde de soufre (SO2) associé à l’activité industrielle, augmentent à des degrés variables la mortalité néonatale et post-néonatale ».

Les auteurs ont passé au crible 35 000 zones comportant 1 500 habitants, ou 650 foyers environ, et examiné pour chacune d’entre elles la relation entre niveau de pollution atmosphérique annuelle et taux de décès. Dans les zones les plus polluées, après prise en compte de possibles facteurs de confusion comme le poids de naissance, l’âge maternel, ou le sexe de l’enfant, « la mortalité néonatale (0-28 jours) était significativement accrue de 21 % en cas d’importante exposition au SO2, et la mortalité post-néonatale (28 jours-1 an) a eté significativement augmentée de 15 %, 11 % et 12 % en cas de forte exposition au SO2, au NO2, et aux PM10 ».

Le Pr Tobias Welte (Ecole universitaire de médecine de Hanovre, Allemagne), qui présidait jusqu’ici l’ERS, a expliqué que la société savante se préoccupe davantage aujourd’hui de la prévention chez les enfants, « une dégradation précoce de la fonction respiratoire pouvant avoir des conséquences négatives des décennies plus tard ». Ce pneumologue...

Sources : 
Source : 29e Congrès de la Société européenne des maladies respiratoires (ERS), Madrid (28 septembre-2 octobre 2019). D’après les communications de :  T. Troosters (Louvain, Belgique), A. Hancell (Leicester, Royaume-Uni), S. Kotecha (Cardiff, Royaume-Uni), A. Abellan (Barcelone, Espagne), T. Welte (Hanovre, Allemagne).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…