Asthme : une bithérapie dès les premiers stades | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Asthme : une bithérapie dès les premiers stades

sur le fait que des asthmes même légers peuvent parfois déboucher sur des complications graves. « Des études ont révélé que 15 à 20 % des adultes décédant d’asthme présentaient des symptômes moins d’une fois par semaine ou seulement à l’occasion d’un effort ; et les facteurs favorisant les exacerbations (infection, pollution, allergènes) sont variables et souvent imprévisibles », a-t-elle souligné.  « Les études expérimentales et humaines à doses thérapeutiques suggèrent que les bêta-2 mimétiques induisent la production bronchique de cytokines pro-inflammatoires comme l’IL6, notamment en cas d’infection par un rhinovirus, et probablement aussi de mucines », a complété le Pr Sebastian Johnston (Imperial College, Londres). Ce qui pourrait expliquer la surmortalité par asthme en cas d’abus de Saba. « Ces effets délétères disparaissent lorsqu’on ajoute des corticoïdes inhalés comme la fluticasone aux bêta-2 mimétiques ».

Aux stades suivants de l’asthme, on passera à une association CI-bêta-2-mimétiques à longue durée d'action (Laba) à faible dose (niveau 3 ; asthme avec des symptômes gênants, des réveils nocturnes plus d’1 fois par semaine) puis à une association CI-Laba à dose modérée (niveau 4) ou à dose forte (niveau 5). Lorsque c’est possible, cette combinaison CI-Laba ne sera cependant administrée que pour quelques mois seulement à ces posologies élevées et on surveillera les effets secondaires des corticoïdes inhalés. Le tiotropium pourra être envisagé dès le stade 4 et sera proposé notamment en raison de son coût moindre au stade 5 avant les biothérapies (anti-Ig E : omalizumab ; anti-IL5 ou récepteurs d’IL5 :  mépolizumab, reslizumab, benralizumab ; anti-récepteurs d’IL4 : dupilumab).

Formes sévères : prudence avec les corticoïdes oraux

A la différence, des recommandations précédentes, le traitement de fond par corticoïdes oraux n’est plus privilégié au niveau 5 en raison de ses effets secondaires. Les nouvelles recommandations GINA considèrent aussi...

Sources : 
Source : 29e Congrès de la Société européenne des maladies respiratoires (ERS), Madrid (28 septembre-2 octobre 2019). D’après les communications de H. Reddel (Sydney, Australie), S. Johnston (Londres, Royaume-Uni), G. Brusselle (Gand, Belgique).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…