Végétalisme : comment diminuer les risques ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Végétalisme : comment diminuer les risques ?

d’origine animale, doit absolument être apportée en cas de végétalisme. Mais ce risque est bien connu des végétaliens qui, pour la plupart, pratiquent une supplémentation en vitamine B12. 

Des carences martiales

On peut observer, par ailleurs, des carences martiales chez les jeunes végétaliens. Car les apports alimentaires en fer sont certes peu différents de ceux des autres jeunes. « Mais, la biodisponibilité du fer des produits carnés est 7 fois plus importante que celle des végétaux », insiste le Pr Tounian. Un mg de fer absorbé correspond ainsi par exemple à 130 g de bœuf, à 800 g de poisson, à 1,3 kg d’épinards cuits et à 2 kg de légumes secs cuits. Ces carences martiales se rencontrent surtout chez les adolescents, car leurs besoins en fer sont élevés (1,8 mg/j de fer absorbé chez les garçons et 2,4 mg/j chez les filles entre 12 et 17 ans contre 1,1 mg/j dans les 2 sexes entre 7 et 11 ans, 0,7 mg/j entre 4 et 6 ans…), et sont souvent source de fatigue. « Ce qui fait que beaucoup d’ados qui ont adopté le végétalisme par souci éthique du bien-être animal ou de la protection de l’environnement l’abandonnent au bout de quelques semaines ou mois », observe au fil de son expérience le Pr Tounian. Certains jeunes présentent cependant un polymorphisme génétique concernant le couple hepcidine/ferroportine, deux protéines jouant un rôle important dans le métabolisme du fer. « Ce qui leur permet vraisemblablement de mieux absorber le fer végétal et les aide à maintenir un régime végétalien au long cours ».

Baisse des apports en calcium et vitamine D

Il est difficile d’assurer les besoins en calcium des enfants et adolescents (1200 mg/j entre 10 et 19 ans, 900 mg/j entre 7 et 9 ans comme chez l’adulte) en excluant les produits laitiers, car la biodisponibilité du calcium des végétaux est souvent réduite (1,25 certes pour le chou vert contre 1 pour le lait, mais 0,5 pour les haricots blancs, 0,2 pour les épinards). Les apports alimentaires en calcium et en vitamine D sont d’ailleurs...

Sources : 

Source : D’après la communication de : P. Tounian (Paris) lors d’un symposium organisé le 20 juin 2019 à Paris par le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL) lors du congrès de la Société française de pédiatrie et de l’Association des pédiatres de langue française (APLF) (Paris du 19 au 21 juin).

  1. Larsson CL, Johansson GK. Am J Clin Nutr. 2002 Jul;76(1):100-6.
  2. Iguacel I, et coll. Nutr Rev. 2019 Jan 1;77(1):1-18.
5 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…