Congrès des sociétés françaises de pédiatrie : intérêt confirmé des biothérapies en pédiatrie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Congrès des sociétés françaises de pédiatrie : intérêt confirmé des biothérapies en pédiatrie

Le congrès des Sociétés françaises de pédiatrie, qui s’est déroulé à Lyon du 24 au 26 mai 2018, a consacré plusieurs communications à la thérapeutique pédiatrique. Dans le domaine des biothérapies en particulier, l’arrivée des anti-TNF, puis d’autres biothérapies, a amélioré le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires pédiatriques.

 

Chez l’enfant, deux médicaments anti-TNF disposent d’une autorisation de mise sur le marché dans les maladies chroniques inflammatoires de l’intestin (Mici), a expliqué le Dr Christine Martinez Vinson (Hôpital Robert Debré, Paris), : l’infliximab et l’adalimumab.

L’analyse des données d’une cohorte d’enfants traités pour Mici entre 2002 et 2014 à l’hôpital Robert Debré de Paris confirme l’impact très positif qu’a eu l’arrivée de ces biothérapies. Après mise sous infliximab, 87 % des patients ont ainsi été mis en rémission clinique et, depuis l’utilisation des anti-TNF on n’observe plus, de ralentissement de croissance chez ces enfants. Malgré tout, l’administration de ces traitements s’accompagne de réactions secondaires, et dans cette cohorte pédiatrique, sur 2258 perfusions d’infliximab chez 147 patients, un taux de 13 % d’effets indésirables graves (19 patients) a été observé, qui a souvent nécessité un arrêt de traitement. Ces effets secondaires sont le plus fréquemment représentés par des réactions anaphylactiques pendant l’administration de l’anti-TNF (9 patients, soit 6 % de la cohorte, ce qui est conforme aux données de la littérature), et par des infections sévères (5 patients). Dans cette série, ont aussi été rapportés 1 cancer (1 cas de leucémie myéloïde chronique qui est rare mais existe chez l’enfant), et d’autres manifestations rares (convulsion, cytolyse hépatique...). "Les données de suivi à 20 ans du registre sur l’infliximab, qui a inclus 6070 patients laissent penser que les cancers constatés sous biothérapie (17 cas) sont davantage liés aux immunosuppresseurs de la classe des thiopurines qu’aux anti-TNF, ces derniers semblant en revanche davantage responsables d’infections et de psoriasis paradoxal", a mentionné le Dr Martinez Vinson.

Les biothérapies ont aussi révolutionné le traitement des arthrites juvéniles idiopathiques (AJI), où on les utilise dans les formes polyarticulaires ou même oligoarticulaires (mais alors à la condition que les manifestations cliniques soient étendues), ainsi que dans le psoriasis et l’arthrite psoriasique, les uvéites, des maladies à composante auto-inflammatoire comme les syndromes périodiques associés à la cryopyrine (Csps), a ajouté le Dr Agnès Duquesne, rhumatopédiatre à Lyon. Leurs bénéfices sont là aussi démontrés en termes de diminution de l’activité de la maladie, d’amélioration du pronostic fonctionnel (limitation des destructions articulaires), de préservation de la qualité de vie.

Dans les arthrites juvéniles idiopathiques, l’étanercept, un récepteur soluble du TNF a démontré ses bénéfices en termes d’efficacité et de tolérance avec un recul de 8 ans. Cependant, d’autres anti-TNF comme l’adalimumab, un anti-Il 6 comme le tocilizumab, ou plus rarement un anti-Ctla4, l’abatacept, sont également...

Sources : 

D’après les communications de : C. Martinez Vinson (Paris), A. Duquesne (Lyon), B. Bader-Meunier (Paris), lors du congrès des Sociétés françaises de pédiatrie (Lyon du 24 au 26 mai 2018).

Mots-clé : biothérapies/Mici/arthrites. Therapeutique/rhumatologie/gstroentérologie/pédiatrie

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…