Œdème maculaire touchant le centre de la macula chez le diabétique: que faire si l’acuité visuelle est normale ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Œdème maculaire touchant le centre de la macula chez le diabétique: que faire si l’acuité visuelle est normale ?

Les injections intraveineuses d’anti-VEGF sont efficaces pour traiter l'œdème maculaire diabétique (OMD) touchant le centre de la macula (OMD-TC) en cas d’altération de l'acuité visuelle (≤20/32). En revanche, on ne sait pas quelle est la meilleure stratégie chez les patients atteints d’OMD-TC dont l’acuité visuelle est bonne (≥20/25).

Afin de comparer l’efficacité sur l’acuité visuelle à 2 ans entre un traitement par aflibercept, une photocoagulation au laser ou une simple surveillance, une étude randomisée a été mise en place dans 91 sites américains et canadiens auprès de 702 adultes atteints de diabète de type 1 ou de type 2 dont un des deux yeux avait un OMD-TC et une acuité visuelle ≥20/25. Les patients étaient randomisés et assignés soit à recevoir l’aflibercept à raison de 2,0 mg en intra-vitréen (n = 226) toutes les 4 semaines, soit à avoir une photocoagulation au laser (focale ou grid) (n = 240), soit à une simple surveillance (n = 236). Si l’acuité visuelle baissait d’au moins 10 lettres à une visite ou de 5 à 9 lettres à 2 lignes à deux visites consécutives dans les groupes « photocoagulation au laser » ou « surveillance », les patients pouvaient être traités par aflibercept. Le critère principal d’évaluation était une réduction de l’acuité visuelle d’au moins 5 lettres à 2 ans de suivi.

Sur les 702 participants randomisés (d'âge moyen 59 ans, dont 38% de femmes), 625 sur 681 (92% après exclusion des décès) ont terminé la visite de deux ans. Pour les yeux dont l'acuité visuelle a diminué par rapport aux valeurs initiales, l'aflibercept a été instauré chez 25% des patients du groupe « photocoagulation au laser » (60/240) et 34% des patients du groupe « surveillance » (80/236). À 2 ans, le pourcentage d'yeux présentant une diminution de l'acuité visuelle d'au moins 5 lettres était de 16% dans le groupe « aflibercept » (33/205), 17% dans le groupe « laser » (36/212) et 19% (39/208) dans le groupe « surveillance ». La différence de risque est -2% (IC 95% : -9% à 5%), avec un risque relatif de 0,88 (0,57-1,35; P = 0,79) pour la photocoagulation laser en comparaison de l’aflibercept ; elle est de -3% (-11% à 4%) avec un risque relatif de 0,83 (0,55-1,27; P = 0,79) pour l’aflibercept en comparaison de la surveillance. Elle est de −1% (-9% à 6%) avec un risque relatif de 0,95 (0,64-1,41; P = 0,79) pour la photocoagulation au laser en comparaison de la surveillance. Des événements secondaires sont survenus chez 15 (7%) des patients du groupe « aflibercept », 13 (5%) du groupe « photocoagulation au laser » et 8 (3%) du groupe « surveillance ».

En conclusion, quand les patients ont un œdème maculaire touchant le centre de la macula sans altération de l’acuité visuelle, il n’y a pas plus de perte visuelle à 2 ans que les patients aient été traités par aflibercept, par photocoagulation laser ou qu’ils aient été simplement surveillés (dès lors qu’on traite une aggravation par aflibicerpt). L'observation sans traitement, à moins d'une aggravation de l'acuité visuelle, peut donc constituer une stratégie raisonnable dans ces situations.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…