Orbitopathie sévère : l’expérience de 20 années d’une consultation multidisciplinaire à Toulouse | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Orbitopathie sévère : l’expérience de 20 années d’une consultation multidisciplinaire à Toulouse

La maladie de Basedow peut se compliquer d’une orbitopathie, parfois très sévère, mettant en jeu la vision. Ces orbitopathies sévères touchent 3 à 5 % des patients ayant une atteinte oculaire dans le cadre d’une maladie de Basedow.

Les dossiers de tous les patients ayant une orbitopathie sévère menaçant la vision, c’est-à-dire responsable d’une neuropathie optique ou d’un ulcère cornéen, vus et traités à la consultation multidisciplinaire œil/thyroïde de Toulouse sur les 20 dernières années, ont été analysés.

Cette cohorte était composée de 31 patients d’âge médian 51 ans, dont 24 femmes (77 %) ; 58 % avaient un tabagisme actif. L’atteinte oculaire avec un risque d’atteinte visuelle de ces 31 patients intéressait 47 yeux. La neuropathie optique était la cause principale, survenant pour 40 des 47 yeux, l’ulcère cornéen pour 15 yeux et les deux pour 8 yeux. Au moment du diagnostic, les caractéristiques de la neuropathie optique étaient une baisse de l’acuité visuelle (85 %), des troubles du champ visuel (80 % des cas), un œdème papillaire (42 % des cas) et une baisse de la vision des couleurs (100 % des cas). Après un an, une décompression orbitaire chirurgicale a été réalisée dans 82.5 % des cas de neuropathie optique. Seuls 7 patients avec neuropathie optique ont été traités par bolus IV de corticoïdes. Les ulcères cornéens ont été traités de diverses manières (décompression orbitaire chirurgicale, greffe de membrane amniotique, tarsorraphie, injection de toxine botulinique, chirurgie palpébrale…). En termes de vision, 85 % des neuropathies optiques ont récupéré ou se sont améliorées après traitement. Pour ce qui concerne l’acuité visuelle dans l’ulcère cornéen, la récupération ou l’amélioration a intéressé 71.4 % des patients.

En conclusion, la décompression orbitaire, largement utilisée dans ces cas de neuropathie optique, semble une stratégie efficace chez les patients présentant une ophtalmopathie sévère avec perte visuelle. En revanche, il faut recourir à diverses stratégies thérapeutiques pour traiter les ulcères cornéens. Grâce à cette prise en charge multidisciplinaire, les résultats sont satisfaisants.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…