L’augmentation de la consommation de viande s’est accompagnée d’une surmortalité aux Etats-Unis | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L’augmentation de la consommation de viande s’est accompagnée d’une surmortalité aux Etats-Unis

Beaucoup d’arguments laissent penser qu’une consommation supérieure de viande, en particulier de viande rouge transformée, est associée à une augmentation du risque de diabète de type 2, de pathologies cardiovasculaires et de certains types de cancers dont les cancers colorectaux, et donc d’une surmortalité.

La consommation de viande rouge transformée (par exemple bacon, hot-dogs, saucisses) a aussi été associée à d’autres problèmes (pulmonaires, cardiaques, hypertension, etc.). Afin d’évaluer l’association entre les variations de la consommation de viande rouge et la mortalité totale ou spécifique chez les hommes et chez les femmes aux Etats-Unis, deux études de cohorte prospective avec des mesures répétées de l’alimentation et du style de vie ont été réalisées à partir de la cohorte Nurses’ Health Study et de la cohorte Health Professionals Follow-Up Study.

Au total, les données de 53 553 femmes et de 27 916 hommes sans pathologie cardiovasculaire ni cancer au début de l’étude ont été analysés et 14 019 décès ont été enregistrés au cours des 1.2 millions personnes/année de suivi. L’augmentation de la consommation de viande rouge sur 8 années de suivi était associée à un risque de mortalité supérieur dans les 8 années suivantes chez les femmes et chez les hommes (p < 0.05). Une augmentation de la consommation totale de viande rouge d’au moins la moitié d’une prise par jour était associée à un sur-risque de mortalité de 10 % (hazard ratio ajusté = 1.10 ; IC 95 % = 1.04 à 1.17). Pour la viande rouge transformée, une augmentation d’au moins la moitié d’une prise par jour était associée à un sur-risque de mortalité de 13 % et pour la viande rouge non transformée à un sur-risque de mortalité de 9 %. La diminution de la consommation de viande rouge transformée ou non transformée d’au moins une demi-prise par jour n’était pas associée à un sur-risque de mortalité. L’association entre l’augmentation de la consommation de viande rouge et le risque de mortalité était homogène parmi tous les sous-groupes définis en fonction de l’âge, de l’activité physique, la qualité de l’alimentation, du statut tabagique ou de la consommation d’alcool.

En conclusion, cette étude confirme que l’augmentation de la consommation de viande rouge, qu’elle soit non transformée ou surtout transformée, est associée à des taux de mortalité globaux supérieurs.

3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…