SEP : une révolution épidémiologique | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

SEP : une révolution épidémiologique

plus bas est un facteur de risques", poursuit le Pr Lubetzki. Dans l'hémisphère Nord, plus on remonte en s'éloignant de l'équateur, plus la maladie est présente. Autres facteurs de risques : le tabagisme et l'obésité, souligne le Pr Lubetzki. Pour autant, les multiples facteurs, génétiques et environnementaux, ne sont pas encore tous connus, et on ignore le mécanisme selon lequel ils participent au développement de la maladie.

"On ne sait pas guérir la sclérose en plaques, mais on sait l'atténuer", note le Pr Moreau. Les traitements apparus depuis une vingtaine d'années améliorent la qualité de vie des patients et, grâce aux progrès de l'imagerie, le diagnostic, et donc la prise en charge, sont plus précoces qu'avant. "La sclérose en plaques aujourd'hui, ça n'a rien à voir avec ce que c'était par le passé", insiste Thibault Moreau. "Dans les années 60, on interdisait aux femmes atteintes de faire des bébés, on sait aujourd'hui qu'il n'y a pas de risque. On peut mener des projets de vie même avec cette maladie".

 

Sources : 

AFP

2 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…