Acupuncture : ce qui est prouvé (ou pas) | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Acupuncture : ce qui est prouvé (ou pas)

efficace pour la prise en charge des douleurs pelviennes liées à la grossesse (Liddle SD. Cochrane Database Syst Rev. 2015) et des douleurs de l’accouchement (Jones L.Cochrane Database Syst Rev. 2012), et qu’elle améliore la maturation du col lorsqu’elle est utilisée pour l’induction du travail, mais sans modifier les taux de césarienne ou de manœuvres instrumentales, ni le recours à l’ocytocine, par rapport à des soins standards ou à une acupuncture simulée (Smith C.A. Cochrane Database Syst Rev. 2017). Une revue récente concluait à l’absence d’effet significatif de l’acupuncture traditionnelle ou sur le point P6 du poignet sur les nausées et vomissements (Matthews A Cochrane Database Syst Rev. 2015).  

Ces analyses contradictoires soulignent à quel point les données restent fragiles. Dans une mise à jour publiée en 2010, le Collège national des gynécologues obstétriciens français (Cngof) considérait que, mis à part pour les nausées et vomissements gravidiques, "les essais thérapeutiques de qualité manquent pour permettre aujourd’hui de statuer", les bénéfices thérapeutiques observés étant très probablement liés, au moins en partie, à un effet placebo. Quelle que soit l’indication, l’évaluation est compliquée par un effet placebo puissant, attesté par de nombreuses études et d’autant plus difficile à exclure qu’un double aveugle est difficile, même avec des aiguilles permettant une acupuncture factice. Si les essais contrôlés par rapport à l’absence d’intervention montrent souvent un effet très significatif de l’acupuncture, les résultats sont, au mieux, très modestes quand la comparaison est faite par rapport à une acupuncture fictive. Ainsi une étude suédoise de bonne qualité avait montré l’efficacité de l’acupuncture, en association au traitement standard, par rapport au seul traitement standard pour la prise en charge des douleurs pelviennes au cours de la grossesse (Helden H et coll, BMJ 2005). La même équipe a répété cette étude, mais avec cette fois un groupe contrôle recevant une acupuncture fictive (Helden H et coll, BJOG 2008).  Les scores de douleur étaient identiques dans les deux groupes.

 

Migraine : des résultats positifs mais probablement modestes

Dans quatre essais sur la migraine où l’acupuncture était comparée à l’absence d’acupuncture la fréquence des crises était...

21 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…