Mediator : un regard critique sur les "études à charge" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Mediator : un regard critique sur les "études à charge"

Les faits, rien que les faits… Le Pr Gilbert Kirkorian, ancien chef de service de soins intensifs cardiologiques et de rythmologie aux Hospices civils de Lyon, a analysé, dans un ouvrage détaillé, les cinq études qui ont mis en évidence les effets nocifs associés/attribués au Mediator, notamment cardiaques.

 

 

Le Mediator (chlorhydrate de benfluorex) a-t-il été retiré du marché à juste titre ? C’est à cette question que tente de répondre le Pr Gilbert Kirkorian (Hospices civils de Lyon) dans un ouvrage*, qui vient d’être publié. Commercialisé en France à partir de 1976 sous l’indication initiale d’“hypolipémiant“, ce médicament a ensuite été prescrit comme “adjuvant au régime adapté pour les personnes diabétiques en surcharge pondérale“, puis utilisé, hors autorisation de mise sur le marché (AMM), comme amaigrissant sur ses possibles effets anorexigènes…

Plus de cinq millions de Français en ont consommé jusqu’en 2009 (selon l’Assurance maladie), quand les autorités de santé ont décidé d’en suspendre l’AMM, en raison d’une suspicion de toxicité liée à sa proximité pharmacologique avec des médicaments de la famille des dérivés fluorés de la classe des amphétamines de type isoméride, et confortée par cinq études cliniques. Le Pr Kirkorian a analysé ces travaux un à un, de l’étude “inaugurale“ cas-témoins d’Amiens de 2010 à Regulate (la seule randomisée), en passant par l’étude cas-témoins du CHU de Brest de 2010, l’étude multicentrique française publiée en 2012 et celle de l’Assurance maladie (AM) de 2010.

 

Egora-Le Panorama du médecin : Vous pointez les faiblesses des études... quelles sont-elles ?

Pr Gilbert Kirkorian : Ces quelques études sont toutes de mauvaise qualité. Tout d’abord, rien n’a été fait, et en particulier pas d’échographie (l’examen de référence), pour vérifier que les patients inclus, à qui l’on a découvert ensuite une insuffisance valvulaire, n’en souffraient pas avant la prescription de Mediator. Ils étaient peut-être essoufflés, ou présentaient des symptômes en lien avec une insuffisance valvulaire… Personne ne le sait, puisqu’ils n’ont pas été “explorés“ comme il convient. Deuxième manquement, dans l’étude de l’AM, les interventions sur les valves n’ont pas toutes été prises en compte, mais uniquement celles d’un certain type, chez des coronariens ou des personnes plus susceptibles d’être en surpoids.

Par ailleurs, si les anomalies valvulaires sont davantage visibles dans le bras chlorhydrate de benfluorex (étude Regulate), c’est peut-être parce que les patients ont minci, ce qui facilite la lecture d’insuffisances possiblement préexistantes, à l’inverse des patients du bras contrôle qui recevaient de la pioglitazone, réputée grossissante. La valve mitrale est la plus difficile à voir, parce que située profondément dans la poitrine.

On ne sait rien encore de l’effet du médicament sur des critères durs, tels...

Sources : 
D’après un entretien avec le Pr Gilbert Kirkorian, ancien chef de service de soins intensifs cardiologiques et de rythmologie aux Hospices civils de Lyon. Le Pr Kirkorian n’a pas n’a pas transmis de déclaration de lien d’intérêts.
11 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…