Infections à cytomégalovirus : pas de dépistage chez la femme enceinte | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Infections à cytomégalovirus : pas de dépistage chez la femme enceinte

[CONGRES FRANÇAIS DE PEDIATRIE] Dépister le cytomégalovirus (CMV) n’est pas recommandé durant la grossesse, car son rapport bénéfices-risques est jugé défavorable par le Haut Conseil de la santé publique.

 

En général bénigne chez l’enfant et l’adulte, l’infection à cytomégalovirus (CMV) peut être grave chez le fœtus, et source de surdités, d’atteintes cognitives persistantes. Autour de 3 400 fœtus sont infectés chaque année. Parmi ceux-ci, environ 40 à 50 développeront des séquelles neurodéveloppementales ou une surdité bilatérale profonde, et 400 à 500 des séquelles modérées (surdité légère). Chez les enfants infectés mais asymptomatiques, le développement est comparable à celui des enfants non infectés, mais 10 % d’entre eux pourront développer une surdité jusqu’à l’âge de 5 ans.

Malgré ces risques, il ne semble pas utile de dépister les femmes enceintes, a considéré le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) en 2018. Et ce, pour plusieurs motifs, rappelés par le Dr Agathe Billette de Villemeur (HCSP, Paris)*. En premier lieu et fort malheureusement, on n’est pas sûr que les traitements disponibles - médicaments antiviraux ou immunoglobulines anti-CMV - soient efficaces ou suffisamment bien tolérés durant la grossesse. Ensuite, l’information à délivrer aux femmes enceintes pourrait être bien plus complexe que pour d’autres maladies atteignant les fœtus. A la différence de la toxoplasmose ou de la rubéole, où être séropositive pour la mère confère une protection à l’enfant, les études montrent, en effet, que le risque d’infection de ce dernier est équivalent que les femmes enceintes soient séronégatives (primo-infection) ou séropositives avant la conception (possibilité de réactivation du virus ou de réinfection par une nouvelle souche de CMV). Par ailleurs, une infection maternelle n’est pas forcément suivie d’une infection fœtale (taux de transmission variant entre 5 et 70 % en cas de primo-infection) et le risque de transmission et de séquelles varie en cours de grossesse. Si un dépistage était mis en place, beaucoup de femmes risqueraient de pratiquer une interruption médicale de grossesse (IMG) par précaution, alors que l’enfant ne serait pas forcément touché.

 

Des mesures d’hygiène vis-à-vis des jeunes enfants

Absence de dépistage ne signifie pas pour autant absence de prévention. Le virus se transmet...

Sources : 
D’après la communication de A. Billette de Villemeur (Paris), lors du congrès de la Société française de pédiatrie (SFP) et de l’Association des pédiatres de langue française (APLF), qui a eu lieu à Paris du 19 au 21 juin.
1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement
Egora vous recommande également : 

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…