Vaccins : comment échapper aux pénuries ? | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccins : comment échapper aux pénuries ?

en rupture de stock sur le site InfoVac-France. Le BCG est en rupture prolongée d’approvisionnement depuis le 29 mars 2016, conduisant les autorités à mettre à disposition à titre transitoire des unités de vaccin destinées au marché polonais et à en restreindre l’utilisation aux centres publiques de vaccination. Les vaccins rabiques sont indisponibles en ville depuis 2016 (Rabipur) et 2017 (vaccin rabique Pasteur).

 

Concentration des lieux de production

 

Ces difficultés d’approvisionnement, qui concernent tous les pays européens, sont liées notamment à la concentration de la production des vaccins, chacun n’étant le plus souvent fabriqué que par un ou deux fournisseurs, aux soucis de rentabilité, qui expliquent une production à flux tendu, et à la longueur des processus de fabrication. La production d’un vaccin demande entre 6 (vaccin contre la grippe) et 36 mois (vaccin à plusieurs valences), 70 % de ce temps étant dédié au contrôle de qualité. Dans ces conditions tout retard ou arrêt de production, et tout accroissement subit des besoins génèrent à coup sûr des problèmes d’approvisionnement.

Des changements de calendrier vaccinal ou la mise en place de nouvelles obligations peuvent être en cause dans l’augmentation des besoins. "Depuis l’élargissement de l’obligation vaccinale en Italie il a fallu faire face à une plus forte demande et importer des vaccins d’autres pays européens", a remarqué Giovanni Rezza, directeur de recherche à l’Institut supérieur de la santé (Italie). Mais parfois la pénurie est la conséquence directe d’un choix commercial. Ainsi la pénurie en vaccin contre le pneumocoque 23 valent "inacceptable d’un point de vue de santé publique", écrivait la Haute Autorité de Santé (HAS) en décembre 2017, "fait suite à des choix stratégiques des laboratoires Sanofi Pasteur et MSD Vaccins (arrêt de commercialisation du vaccin Pneumo 23) et conduit à un déficit de la couverture des besoins de vaccination des populations concernées, à savoir les patients immunodéprimés ou ayant des comorbidités les exposant à un risque élevé d’infection à pneumocoque".

 

La piste du calendrier vaccinal européen

 

Première mesure évoquée par les participants à cette table ronde pour diminuer les risques de rupture : anticiper les besoins pour permettre aux industriels de planifier la production. "Pour cela il serait important de pouvoir utiliser des données épidémiologiques en temps réel", a souligné Geneviève Chêne (Inserm, Université de Bordeaux, coordinatrice de l’European joint action on vaccination), ce qui n’est pas le cas dans tous les pays européens. Tout signe de tension faisant redouter une...

Sources : 

D’après les Assises européennes du vaccin 2018 (Institut Pasteur, 20 novembre 2018)

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…