Mici : un risque cardiovasculaire accru | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Mici : un risque cardiovasculaire accru

Les Journées francophones d’hépatologie-gastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD), qui se sont déroulées à Paris du 21 au 24 mars derniers, ont permis de présenter diverses données d’études épidémiologiques qui soulignent, en particulier, les risques cardiovasculaires associés aux Mici, le poids économique des prescriptions d’IPP, ou encore la flambée récente de cancers pancréatiques, … Une étude suggère, par ailleurs, un lien entre épidémies de peste et maladie de Crohn ! Cette manifestation scientifique a aussi mis en évidence des améliorations diagnostiques et thérapeutiques, comme la capsule endoscopique, la transplantation de microbiote intestinal dans les Mici, ou des performances chirurgicales, par voie percutanée, ou chimiothérapiques dans certains cancers digestifs.

 

La session concernant le lien entre Mici et risque cardiovasculaire, en particulier, a été riche d’enseignements. Cette relation pourrait passer par des cytokines telles que le TNF, et des mécanismes inflammatoires.  

On sait depuis longtemps que des maladies à composante auto-immune et inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde (PR) exposent à un risque cardiovasculaire augmenté. "C’est également vrai dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (Mici).  Ce qui avait jusqu’ici été moins étudié, probablement parce que les patients sont en moyenne plus jeunes", a expliqué le Dr Julien Kirchgesner (Hôpital Saint-Antoine, Paris).

Divers éléments physiopathologiques plaident en faveur de cette association. Le TNF, dont la libération est accrue dans les Mici, "joue un rôle central dans l’athérogénèse par son impact sur les leucocytes : activation, libération de cytokines ; ainsi que sur les cellules endothéliales et les adipocytes". "Les Mici s’accompagnent, à côté de l’inflammation intestinale, d’une inflammation systémique avec élévation du taux de CRP ultrasensible, aujourd’hui reconnue comme cible thérapeutique pour abaisser le risque cardiovasculaire."

Une méta-analyse (Wu, et al., Angiology, 2016) a décrit chez ces patients un accroissement de l’épaisseur de l’intima-média carotidienne, marqueur préclinique d’athérosclérose, en comparaison de la population générale. Récemment, une étude encore non publiée, entreprise par le Dr Kirchgesner à partir des données du Système national d’information inter-régimes de l’assurance maladie (Sniiram) et d’une cohorte de plus de 170 000 patients atteints de Mici, a aussi mis en évidence une incidence élevée, 5,6 % sur 10 ans, d’accidents artériels aigus chez ces malades (infarctus du myocarde, AVC, thromboses artérielles périphériques). A partir des données médico-administratives françaises, le Dr Kirchgesner a estimé que le risque cardiovasculaire global est accru de 19 % dans les Mici, soit de 35 % dans la maladie de Crohn (MC) et de 10 % dans la rectocolite hémorragique (RCH), et est corrélé à l’activité de la maladie (+ 74 % dans les 3 mois précédant ou suivant une hospitalisation pour MICI)*. Le risque relatif d’observer des événements cardiovasculaires est plus élevé, en comparaison de la population générale, chez les femmes et les patients jeunes avec une Mici. "Ce qui pourrait être lié à un impact relatif plus important de l’inflammation systémique, induite par la Mici, dans ces populations de malades avec peu de facteurs de risque cardiovasculaire classiques."  

Les différences de niveau de risque cardiovasculaire, observées entre MC et RCH, pourraient être en rapport avec un niveau d’inflammation systémique classiquement plus haut dans la MC, des facteurs génétiques, un tabagisme plus fréquent, certaines caractéristiques de la dysbiose intestinale… 

 

Impact variable des médicaments

Plusieurs études suggèrent qu’une corticothérapie orale prolongée accroît, chez ces patients, la probabilité de cardiopathie ischémique...

Sources : 

D’après la communication de N. Benech et coll (Lyon), lors des Journées francophones d’hépatologie-gastroentérologie et d’oncologie digestive (JFHOD, Paris, 21- 24 mars 2019).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…