Des gènes candidats pour la prédiction d’un phénotype SOPK dans les générations ultérieures | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Des gènes candidats pour la prédiction d’un phénotype SOPK dans les générations ultérieures

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une pathologie reproductive et métabolique qui touche jusqu’à 17 % des femmes en âge de procréer. Beaucoup de femmes ayant un SOPK ont une sécrétion excessive d’androgènes ovariens et surrénaliens, une oligo-anovulation et des conséquences en termes de santé dont une réduction de la fertilité et un diabète de type 2, aggravés par l’obésité. Malgré la prévalence élevée du SOPK et de ses effets délétères sur la santé, son étiologie reste mal connue. Les analyses génétiques ont montré que les variants trouvés n’expliquaient...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…