Estradiol vaginal ou crème hydratante vaginale : pas plus efficace qu’un simple gel vaginal sur les symptômes vulvo-vaginaux de la ménopause | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Estradiol vaginal ou crème hydratante vaginale : pas plus efficace qu’un simple gel vaginal sur les symptômes vulvo-vaginaux de la ménopause

Environ la moitié des femmes ménopausées rapportent des symptômes vulvo-vaginaux désagréables mais l’on dispose de peu de données sur l’efficacité des deux traitements fréquemment recommandés que sont l’administration d’estrogènes par voie vaginale ou la prescription d’une crème hydratante.

Une équipe américaine a donc monté un essai randomisé en double insu où l’efficacité d’un comprimé d’estradiol à faible dose en intra-vaginal, d’une crème hydratante vaginale, a été évaluée, en comparaison d’un placebo, et cela pendant 12 semaines.

Un premier groupe recevait des comprimés de 10 µg d’estradiol par voie vaginale tous les jours pendant 2 semaines puis deux fois par semaine avec un gel placebo vaginal donné 3 fois par semaine (n = 102) ; il était comparé à un second groupe pour lequel un comprimé placebo était donné avec une crème hydratante vaginale dans les mêmes conditions que le premier groupe (n = 100). Enfin un troisième groupe recevait un double placebo (crème hydratante placebo sous forme d’un gel banal + comprimé placebo).

Les 302 femmes avaient un âge moyen de 61 ± 4 ans. Le critère d’évaluation principal était la diminution dans la sévérité (0 à 3) des symptômes vulvo-vaginaux désagréables entre le début de l’étude et la 12ème semaine. Les symptômes vulvo-vaginaux les plus désagréables et les plus fréquemment rapportés étaient la douleur au moment de la pénétration vaginale (60 % des femmes) suivie par la sécheresse vulvo-vaginale (21 %). La sévérité moyenne des symptômes désagréables vulvo-vaginaux au début de l’étude était similaire entre les 3 groupes de traitement : 2.4 dans le groupe estradiol, 2.5 dans le groupe crème hydratante et 2.5 dans le groupe placebo. Tous les traitements (estrogènes, crème hydratante ou placebo) se sont accompagnés d’une réduction moyenne similaire de la sévérité des symptômes les plus désagréables sur 12 semaines : estradiol -1.4 (IC 95 % -1.6 à -1.2), crème hydratante -1.2 (-1.4 à -1) et placebo -1.3 (-1.5 à -1.1). Aucune différence significative n’a été observée entre l’estradiol, la crème hydratante ou le placebo. L’index de la fonction sexuelle féminine était amélioré de manière similaire dans les 3 groupes.

Ces résultats suggèrent donc que ni la prescription de comprimés d’estradiol vaginaux, ni la prescription d’une crème hydratante vaginale n’apportent de bénéfices en comparaison d’un simple gel vaginal pour ce qui concerne la réduction des symptômes vulvo-vaginaux après la ménopause. La décision du traitement doit donc se baser sur le coût et la préférence de la formulation.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…