Projet de grossesse avec maladie de Basedow : attention au choix de l’antithyroïdien de synthèse | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Projet de grossesse avec maladie de Basedow : attention au choix de l’antithyroïdien de synthèse

La maladie de Basedow pendant la grossesse, lorsqu’elle n’est pas traitée ou traitée de manière insuffisante, peut être à l’origine de conséquences chez l’enfant et la mère.

Les antithyroïdiens de synthèse qui représentent la base du traitement ont des effets tératogènes potentiels qui posent la question de leur utilisation au cours de la grossesse. Afin d’analyser l’association entre la prescription d’antithyroïdiens de synthèse chez la mère et la survenue de malformations congénitales chez les enfants vivants, la Corée a utilisé les données d’une cohorte nationale. 2 886 970 grossesses menées à terme avec des enfants vivants entre 2008 et 2014 chez 2 210 253 femmes ont été analysées en termes de prescriptions d’antithyroïdiens de synthèse (ATS) au cours du 1er trimestre. 12 891 grossesses (0.45 %) ont été exposées aux ATS au cours du 1er trimestre. La prévalence de malformations chez les femmes exposées était de 7.27 % en comparaison de 5.94 % chez les enfants de femmes n’ayant pas reçu d’ATS au cours de la grossesse (p < 0.001), ce qui donne un odds ratio ajusté de 1.19 (IC 95 % = 1.12-1.28). L’augmentation absolue de la prévalence des malformations congénitales pour 1 000 naissances vivantes était de 8.81 cas (3.92-13.7) pour le propylthiouracile seul, de 17.05 cas (1.94-32.15) pour le méthimazole seul et de 16.53 cas (4.73-28.32) pour le propylthiouracile associé au méthimazole, en comparaison des grossesses sans prescription d’ATS. Dans le groupe méthimazole, une dose cumulative supérieure (> 495 mg) au cours du 1er trimestre était associée à une augmentation du risque de malformations en comparaison avec une faible dose (1 à 126 mg) (odds ratio ajusté = 1.87 ; 1.06-3.30).

Si l’on en croit cette étude, il vaudrait donc mieux, en cas de projet de grossesse sous antithyroïdiens de synthèse, passer d’emblée au propylthiouracile plutôt que d’attendre le début de la grossesse pour passer du méthimazole au propylthiouracile.

Sources : 
Seo G.H. et al. Anthithyroid drugs and congenital malformations. Ann Intern Med 2018 ; 168 : 405-413.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…