Pilule : des avantages nombreux et des inconvénients rares | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Pilule : des avantages nombreux et des inconvénients rares

neutre de la pilule sur le risque de dépression" ; les autres étant souvent méthodologiquement non fiables. Et sur la question du poids, ils affirment que "la plus récente méta-analyse sur ce sujet se veut rassurante et conclut à l’absence de preuve fiable pour valider le fait que la prise d’une pilule contraceptive puisse provoquer une augmentation de poids" (Gallo M.F. et al., Cochrane Database Syst Rev, 2014(1): CD003987).

 

Impact de la contraception sur la mortalité mondiale

 

Les gynécologues du Cngof ajoutent qu’il ne faut pas oublier l’impact positif de la pilule sur la mortalité dans le monde. Ainsi, deux études publiées dans The Lancet en 2012 ont montré son impact majeur dans ce domaine. La première (Ahmed S. et al. Lancet, 2012. 380(9837): 111-25), qui a inclus des données de 172 pays, a ainsi établi que l’utilisation de la contraception, (toutes méthodes confondues), a permis d’éviter 272 040 décès maternels ; et que, si toutes les femmes de ces différents pays avaient eu accès à la contraception, il aurait été possible d’éviter 104 000 décès par an, soit une réduction supplémentaire de 29%. "Cette diminution est essentiellement due à la diminution de grossesses non désirées et de leurs conséquences" précisent les experts du Cngof. La deuxième étude (Cleland J. et al. Lancet, 2012. 380(9837): 149-56), a montré son impact positif sur la santé périnatale et la survie des enfants. Les gynécologues alertent donc :"Ne diminuons pas la prescription et/ou l’utilisation de la contraception, sous peine d’augmenter le nombre de grossesses non désirées et la mortalité maternelle en France !".

Pour conclure, c’est donc sans équivoque qu’ils répondent à la question du titre de cette communication : Non ! il ne faut pas avoir peur de la pilule contraceptive ! Ils réaffirment que la balance bénéfices/risques "reste très favorable chez l’immense majorité des patiente". Ils ajoutent cependant que, comme tout médicament, la pilule comporte certains risques, même s’ils sont "très faibles", et certaines variations individuelles ; et que sa prescription nécessite donc un bilan et une surveillance.

Sources : 

Collège National des Gynécologues-Obstétriciens (Cngof)

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…