Quand internet favorise la perte de poids après accouchement chez des femmes de milieu social défavorisé | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Quand internet favorise la perte de poids après accouchement chez des femmes de milieu social défavorisé

L’absence de perte de poids après l’accouchement augmente le risque d’obésité et de morbidité liée à cette obésité. Peu d’interventions menées chez les femmes à faible revenu économique et multiculturelles ont prouvé leur efficacité.  

Chez des femmes de faible revenu, ayant récemment accouché, l’étude a évalué les résultats d’un programme de perte de poids basé sur l’internet, donné en complément du programme nutritionnel WIC (proposé à des femmes et des enfants de milieu social défavorisé) en comparaison du programme WIC seul. L’étude a duré 12 mois, était randomisée et a enrôlé 371 femmes après la grossesse dans 12 centres appliquant les programmes WIC en Californie entre juillet 2011 et mai 2015.

Les centres cliniques étaient randomisés pour proposer soit un programme WIC seul (groupe témoin), soit un programme WIC associé à un programme de perte de poids basé sur internet (groupe intervention). Le programme basé sur internet comportait des cours quotidiens sur un serveur, un agenda diététique sur le web, des vidéos d’enseignement, un retour sous forme de messages de texte et des groupes de discussion mensuelle dans les centres.

371 femmes, d’âge moyen 28.1 ans, ont été incluses. Leur poids moyen, en moyenne 5.2 mois après le post-partum, était de 7.8 kg au-dessus de leur poids avant grossesse. 89.2 % ont fini l’étude.

Dans le groupe intervention (programme Internet + programme WIC), la perte de poids moyenne à 12 mois (-3.2 kg ; -4.1 à -2.4) était supérieure à celle du groupe prise en charge habituelle (WIC seul) (-0.9 kg ; -1.7 à -0.1), avec une différence entre les groupes de 2.3 kg (1.1 à 3.5 kg, p < 0.001). Le pourcentage de patientes revenues à leur poids pré-conceptionnel ou en-dessous était de 36 ± 18.6 % dans le groupe traité de manière standard et de 57 ± 32.8 % dans le groupe intervention (p < 0.001). Il n’y avait pas de différence en termes d’activité physique moyenne. Les femmes du groupe intervention prenaient -298 kcal/jour en moyenne et les femmes du groupe standard -144 kcal/jour en moyenne sous régime (p = 0.06).

Chez les femmes de faible niveau social, après la grossesse, un programme de perte de poids basé sur internet en plus d’un programme spécial de perte de poids en comparaison avec le programme spécial seul, permet une perte de poids significativement supérieure sur 12 mois.

Sources : 

Phelan S. et al. Effect of an internet-based program on weight loss for low-income postpartum women. JAMA 2017 ; 317 : 2381-2391.

Tsai A.G et Nicholson W.K. Losing weight during the postpartum period. Editorial. JAMA 2017 ; 317 : 2375-2376.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…