Une dysfonction thyroïdienne n’entraîne pas directement d’altération des fonctions cognitives | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Une dysfonction thyroïdienne n’entraîne pas directement d’altération des fonctions cognitives

Dans les recommandations cliniques, la dysfonction thyroïdienne, qu’elle soit patente ou infraclinique, est mentionnée comme un facteur responsable et traitable de déclin cognitif, invitant à doser les hormones thyroïdiennes en cas de trouble cognitif. En fait, la littérature scientifique sur ce sujet est très hétérogène. Afin d’évaluer les associations transversales et longitudinales entre la dysfonction thyroïdienne initiale, la fonction cognitive et la démence, les données individuelles des participants de plusieurs cohortes ont été analysées permettant d’évaluer 114 267 personnes/année de suivi de fonctions cognitives et 525 222 personnes/année d’apparition d’une...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…