C’est un messager lipidique provenant de l’intestin qui médie le déficit cérébral en dopamine induit par l’excès de graisses alimentaires | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

C’est un messager lipidique provenant de l’intestin qui médie le déficit cérébral en dopamine induit par l’excès de graisses alimentaires

La prise excessive de graisses dans l’alimentation est associée à une diminution de la fonction cérébrale dopaminergique. On pensait que le déficit en dopamine exacerbait l’obésité en provoquant une suralimentation compensatoire et que cela correspondait à un moyen de restaurer la sensibilité à la récompense. La dopamine est en effet un neuro-transmetteur clé de la médiation des effets de renforcement de l’alimentation et d’autres récompenses. Une production de dopamine importante au niveau du striatum dorsal est observée au cours de l’alimentation, aussi bien chez les rongeurs que chez les humains...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…