Une étude utilisant la méthodologie "burden of proof" analyse l’impact sur la santé de la consommation de viande rouge non transformée | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Une étude utilisant la méthodologie "burden of proof" analyse l’impact sur la santé de la consommation de viande rouge non transformée

Des travaux précédents ont montré une association entre la consommation de viande rouge et un risque accru pour la santé humaine. Ceci a conduit des institutions comme l’OMS ou le Fonds Mondial pour la Recherche pour le Cancer et le Département de la Santé américain à recommander une limitation de la consommation de viande rouge. Malheureusement, les méta-analyses précédentes ne tenaient pas compte de l’hétérogénéité entre les études.

Ceci a conduit une équipe américaine et canadienne à conduire une revue systématique incorporant ensuite dans la méta-analyse l’hétérogénéité entre les études pour évaluer la relation entre la consommation de viande rouge non transformée et 6 paramètres de santé.

Selon cette nouvelle analyse «Burden of Proof», la consommation de viande rouge non transformée est associée de manière faible à une augmentation du risque de cancer colorectal (de 6 %), de cancer du sein (de 3 %), de maladie cardiaque ischémique (1 %) et de diabète de type 2 (1 %). Sur une échelle de 5 étoiles, 1 étoile suggérant l’absence de preuve d’une association et 5 étoiles suggérant une très forte preuve d’association, chaque paire a reçu 2 étoiles. Selon cette même interprétation des données, il n’y avait pas de preuve d’une association entre la consommation de viande rouge non transformée et les accidents vasculaires cérébraux ischémiques ou hémorragiques (1 étoile). Le risque relatif pour les 6 pathologies combinées était minimal à 0 g par jour avec une large incertitude.

Les limites de ces études sont des données très variables en termes de qualité, un risque de biais de mémoire et d’autres erreurs dans les mesures des données ainsi qu’une difficulté à évaluer les biais de publication.

En conclusion, alors qu’il y a quelques arguments pour penser que la consommation de viande rouge non transformée est associée à une augmentation du risque d’incidence de différentes maladies et de la mortalité, ces arguments sont faibles et insuffisants pour conduire à des recommandations fortes ou plus définitives. Une recherche plus rigoureuse avec plus de puissance est nécessaire pour mieux connaître, comprendre et quantifier la relation entre la consommation de viande rouge non transformée et la survenue d’une maladie chronique.

Sources : 
3 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

Aujourd'hui dans l'actu

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…