Intelligence artificielle : à quoi doivent s’attendre les médecins | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Intelligence artificielle : à quoi doivent s’attendre les médecins

permettre de prédire l’apparition et l’évolution d’une maladie, mais aussi d’adapter la prise en charge par le réseau de soin. C’est l’ère des diagnostics extrêmement précoces qui se profile, avec la recherche de pré-symptôme ou de prédisposition à une maladie. Pour développer ce chantier, le rapport Villani recommande d’ "accompagner le Dossier Médical Partagé (DMP) de production d’informations et de données de santé utilisables à des fins d’IA pour améliorer les soins et leur coordination, mais également participer à des projets de recherche et d’innovation d’IA en santé". Le DMP serait élargi "comme un espace sécurisé où les individus pourraient stocker leurs données, d’en ajouter d’autres eux-mêmes, d’autoriser leur partage à d’autres acteurs (médecins, chercheurs, membres de l’entourage, etc.) et de les récupérer pour en créer d’autres usages". Un travail de codification et de normalisation des informations pertinentes du patient, sera nécessaire ainsi qu’une sensibilisation des patients à la maîtrise de leurs données.

 

Une réorganisation des pratiques médicales

 

L’impact de l’IA sur les professionnels de santé sera majeur : aide au diagnostic, appui à la construction d’une thérapie, suivi évolutif du patient… "S’il n’est pas question de remplacer les médecins par la machine, l’enjeu est bien d’organiser des interactions vertueuses entre l’expertise humaine et les apports de l’IA dans l’exercice quotidien de la médecine" précise le rapport Villani.

Sur ce sujet, une mission complémentaire de celle de Cédric Villani a été confiée à France Stratégie par Muriel Pénicaud, ministre du Travail, et Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État chargé du numérique. Ses conclusions viennent aussi d’être publiées dans un rapport, le 29 mars. Elles confirment la possibilité de "transformations majeures" liées à l’IA.

Les professionnels de l’imagerie médicale seront particulièrement concernés. Avec la lecture d’image automatisée, "les radiologues pourraient se concentrer sur l’interprétation des pathologies complexes et/ou s'orienter vers la radiologie interventionnelle" affirme France Stratégie. Le diagnostic de premier niveau pourrait être réalisé par des manipulateurs radio une fois formés. En cardiologie, l’interprétation...

Sources : 

Rapport "Donner un sens à l’intelligence artificielle" de Cédric Villani, 29 mars 2018. Rapport ‘Intelligence artificielle et travail » de France Stratégie, 29 mars 2018

https://www.aiforhumanity.fr/pdfs/9782111457089_Rapport_Villani_accessible.pdf

http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-rapport-intelligence-artificielle-28-mars-2018_0.pdf

16 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…