Mauvais contrôle glycémique = plus de fractures chez les diabétiques de type 1 mais pas chez les types 2 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Mauvais contrôle glycémique = plus de fractures chez les diabétiques de type 1 mais pas chez les types 2

Le diabète a été associé à une augmentation du risque de fractures. Néanmoins, on ne connaît pas réellement l’effet du contrôle glycémique sur ce risque.

Afin d’évaluer cette association entre le contrôle glycémique et le risque de fractures chez les patients diabétiques de type 1 et de type 2, une analyse cas-témoins nichée a été réalisée à partir de la base de données UK-Based Clinical Practice Research Datalink.

La population étudiée comportait des patients diabétiques de type 1 ou de type 2 récemment diagnostiqués et cela entre 1995 et 2015. Les cas étaient les patients qui avaient eu une fracture à l’occasion d’un traumatisme minime après le début du diabète. Quatre témoins ont été appariés à 1 cas en fonction de l’âge, du sexe, du cabinet de médecine générale, des dates de fracture et du type de diabète ainsi que son ancienneté.

L’étude a porté sur 3 329 patients diabétiques de type 1 et 44 275 patients diabétiques de type 2. La durée médiane entre le début du diabète et la date de fracture était de 4.5 années, aussi bien pour le diabète de type 1 que pour le diabète de type 2. Le risque de fracture était augmenté chez les patients diabétiques de type 1 dont l’hémoglobine glyquée moyenne était > 8 % (odds ratio ajusté = 1.39 ; IC 95 % 1.06 à 1.83) en comparaison des patients diabétiques de type 1 dont l’hémoglobine glyquée était ≤ 7 %. Il n’y avait pas ce type d’effet chez les patients diabétiques de type 2. Indépendamment du contrôle glycémique, le risque de fracture était élevé chez les patients diabétiques de type 2 qui utilisaient la rosiglitazone ou la pioglitazone.

Les effets du contrôle glycémique sur le risque de fracture spontanée ou pour un faible traumatisme sont différents chez le diabétique de type 1 et le diabétique de type 2. Un mauvais contrôle glycémique augmente le risque de fracture chez les diabétiques de type 1 mais pas chez les diabétiques de type 2.

Sources : 
Vavanikunnel J. et al. Association between glycemic control and risk of fracture in diabetic patients: a nested case-control study. J Clin Endocrinol Metab 2019 ; 104 : 1645-1654.

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…