Inhibiteurs de SGLT2 : un très faible risque d’acidocétose diabétique mais supérieur à celui des inhibiteurs de DPP4 | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Inhibiteurs de SGLT2 : un très faible risque d’acidocétose diabétique mais supérieur à celui des inhibiteurs de DPP4

Les inhibiteurs de SGLT2, qui sont maintenant largement utilisés dans le traitement du diabète, pourraient augmenter le risque d’acidocétose diabétique. Afin de le vérifier et d’évaluer si les inhibiteurs de SGLT2 en comparaison des inhibiteurs de DPP4 étaient associés à une augmentation du risque d’acidocétose diabétique chez les patients diabétiques de type 2, une étude de cohorte de population portant sur les nouveaux utilisateurs de ces médicaments entre 2013 et 2018 a été mise en place au Canada et au Royaume-Uni. 208 757 nouveaux utilisateurs d’inhibiteurs de SGLT2 ont été...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…