Administration précoce de glucose, d’insuline et de potassium en cas de syndrome coronarien aigu : pas de bénéfice démontré | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Administration précoce de glucose, d’insuline et de potassium en cas de syndrome coronarien aigu : pas de bénéfice démontré

Dans le contexte de l’insuffisance coronarienne aiguë, des données expérimentales et cliniques ont suggéré que l’administration de glucose, d’insuline et de potassium pouvaient avoir deux bénéfices : protéger du développement des lésions myocardiques grâce à un soutien métabolique au myocarde ischémique et prévenir les arythmies et les arrêts cardiaques. Afin de tester si une administration très précoce, pré-hospitalière, d’une solution contenant du glucose, de l’insuline et du potassium (GIK) dans les premières heures après une suspicion de syndrome coronarien aigu, modifiait le pronostic et l’évolution, une étude randomisée, versus placebo,...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…