37es Journées de l’HTA : de nouvelles propositions de la Société française d’hypertension artérielle | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

37es Journées de l’HTA : de nouvelles propositions de la Société française d’hypertension artérielle

pour améliorer la prise en charge de l’HTA pendant la grossesse : par exemple une consultation avant la grossesse pour adapter le traitement (arrêt des sartans et IEC) chez les femmes hypertendues.

 

Des outils biologiques pour dépister la mauvaise observance

 

Prescrire en DCI, conditionner les médicaments en boîtes de 28 comprimés, comme l’ont demandé les patients ayant participé à l’élaboration du texte de la SFHTA, et retirer du marché ceux qui sont inefficaces est indispensable. "Mais, les médecins doivent aussi pouvoir proposer davantage d’associations fixes pour améliorer l’observance, dont les trithérapies fixes chez les patients à haut risque cardiovasculaire, ce qui n’est pas le cas actuellement."  L’accès à l’innovation, télémedecine, nombreuses techniques non médicamenteuses en développement, doit être assuré.

Pouvoir prescrire des dosages urinaires par spectrométrie de masse des médicaments anti-hypertenseurs semble aussi légitime. "Quinze pour cent des patients avec une HTA résistante ne prennent, en effet, aucun de leurs médicaments. Les identifier permettrait de faire des économies en évitant des examens inutiles", a expliqué le Dr Dénolle.

La SFHTA estime, par ailleurs, que le parcours de soins des patients hypertendus ne peut plus reposer sur les seuls médecins généralistes, parfois débordés et non toujours bien répartis sur le territoire national, mais sur une équipe pluriprofessionnelle faisant également intervenir infirmières et pharmaciens. En contact avec le médecin traitant, ces professionnels pourraient notamment aider à l’éducation des patients à l’automesure tensionnelle, au dépistage de la mauvaise observance. De plus, il serait souhaitable, considère la SFHTA, de créer des centres d’excellence de l’HTA sur le modèle de ceux labellisés par la Société européenne d’HTA.

Enfin, la SFHTA désire renforcer la formation sur l’HTA, et la recherche sur cette maladie. "Les échanges avec les autres médecins francophones et la Société européenne d’hypertension artérielle devront aussi être accrus", a rappelé le Dr Dénolle.

 

 

Les chiffres de l’étude Flahs 2017
Les données de l’étude HTA FLAHS** 2017, réalisée chez 6000 sujets de 35 et plus représentatifs de la population française, suggèrent que le nombre d’hypertendus traités a baissé en France (10,8 millions en 2017 contre 11,6 millions en 1014 et 11,2 millions en 2010). Quarante pour cent des hypertendus traités utilisent un appareil d’automesure (44 % en 2015, 41 % en 2012) ; 50,9 % sont contrôlés en automesure (< 135/85 mmHg) (57,3% ont des chiffres tensionnels < 140 et 90 mmHg).

 

* "La stratégie nationale de santé pour les maladies hypertensives : propositions de la Société française d’hypertension artérielle". Accessible sur le site de la SFHTA : www.sfhta.eu (Rubrique Actualités HTA)

**French League Against Hypertension Survey

Sources : 

D’après la communication du Dr Thierry Dénolle, président de la Sfhta, et du Pr Xavier Girerd (Hôpital de la Pitié-Salpétrière, Paris), lors des 37es Journées de l’HTA (décembre 2017).

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…