L’activité physique n’est pas toujours l’amie des coronaires | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

L’activité physique n’est pas toujours l’amie des coronaires

L’activité physique et le sport sous certaines conditions, notamment de prudence, sont hautement recommandées dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires mais aussi d’un ensemble de pathologies, en particulier certains cancers. Mais l’activité physique n’est pas toujours l’amie des artères coronaires comme en témoigne l’étude référencée ci-dessous publiée dans les Mayo Clinic Proceedings.

Les auteurs ont inclus 3175 jeunes adultes participant à l’étude CARDIA (Coronary Artery Risk Development in Young Adults) et les ont suivis durant 25 ans, de mars 1985 à mai 2011. Durant cette période de suivi, le niveau d’activité physique était relevé à 8 reprises, par auto-questionnaire. La présence de calcifications coronaires était mesurée au terme de ce suivi par tomodensitométrie cardiaque.

Les participants ont été répartis en 3 groupes selon leur niveau d’activité physique :

  • Groupe 1 : moins de 150 minutes d’activité physique soutenue par semaine,
  • Groupe 2 : 150 minutes d’activité physique soutenue par semaine, ce qui correspond aux recommandations,
  • Groupe 3 : plus de 450 minutes d’activité physique soutenue par semaine.

En comparant les scores calciques coronaires observés au sein de ces 3 groupes, les investigateurs ont découvert avec surprise qu’au sein du groupe 3, le risque d’avoir développé des calcifications coronaires significatives vers la cinquantaine est multiplié par 1.27 (OR : 1.27, IC 95% = 0.95 – 1.70) dans le groupe 3 versus le groupe 1. Une stratification par origine ethnique et sexe a montré que c’était surtout les hommes d’origine caucasienne qui avaient, au sein de ce groupe 3, un risque élevé de développer des calcifications au niveau des artères coronaires : OR de 1.86 (1.16 – 2.98).

Ces résultats méritent d’être affinés, notamment en termes de conséquences que pourraient avoir ces calcifications coronaires. Les auteurs suggèrent qu’elles pourraient être la conséquence du stress artériel lié à une grande activité physique mais qu’en conséquence, leur mode de constitution pourrait leur conférer une grande stabilité, réduisant le risque de rupture de plaque et donc d’infarctus du myocarde.

Sources : 

Deepika R. Laddu et coll. 25-Year Physical Activity Trajectories and Development of Subclinical Coronary Artery Disease as Measured by Coronary Artery Calcium. Mayo Clinic Proceedings, octobre 2017

http://www.mayoclinicproceedings.org/article/S0025-6196(17)30577-3/fulltext

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…