320 cas d’entéropathies graves sous olmésartan | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

320 cas d’entéropathies graves sous olmésartan

Fait peu connu, il existe un risque de survenue de cas rares (10 pour 100 000) d’entéropathie sévère sous olmésartan (Alteis, Alteisduo, Axeler, Olmetec, CoOlmetec, Sevikar) se traduisant par une diarrhée chronique. D’autres signes peuvent être observés : vomissements, déshydratation avec insuffisance rénale fonctionnelle, hypokaliémie, voire acidose métabolique. Mais ces signes peuvent survenir à distance de l’instauration du traitement (parfois après plusieurs années), rendant le diagnostic difficile. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm) a présenté, le 16 juin dernier, un bilan de pharmacovigilance de...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…