Insuffisance coronarienne : l'épreuve d'effort, tout un art | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Insuffisance coronarienne : l'épreuve d'effort, tout un art

L’interprétation de l’ECG d’effort, outil précieux pour dépister les sujets à risque cardiovasculaire, est une alchimie complexe fondée sur des données cliniques, tensionnelles et électrocardiographiques. "On ne réalise pas un électrocardiogramme [ECG] d’effort de la même manière chez une femme de 80 ans mesurant 1,50 m et chez un sportif de 35 ans et 1,90 m", explique le Dr Dany Marcadet (Paris), mais dans les deux cas, pour que le test soit interprétable, il faut obtenir un effort maximal ou l’arrêt de l’épreuve en raison de symptômes cliniques ou électrocardiographiques...

L’accès à la totalité de l’article
est réservé aux professionnels de santé.

Vous êtes professionnel de santé ? Rejoignez-nous !
Décryptez Commentez

Inscrivez-vous
gratuitement

Créer un compte

Déjà inscrit ?

Système d'authentification des professionnels de santé

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…