La goutte, un facteur de risque cardiovasculaire largement sous-évalué | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

La goutte, un facteur de risque cardiovasculaire largement sous-évalué

Les liens entre hyperuricémie, goutte et risque cardiovasculaire (RCV) sont complexes. La plupart des études épidémiologiques ont révélé une augmentation du risque de maladie coronarienne en cas d’hyperuricémie et plus encore chez les goutteux.

Mais la célèbre étude de Framingham, à partir de laquelle des calculateurs de risque cardiovasculaire ont été développés, relativise ce lien entre hyperuricémie et RCV, considérant qu’il n’est que secondaire au fait que cette hyperuricémie est très souvent associée à un syndrome métabolique, lequel est incontestablement un facteur majeur de RCV. Dans une nouvelle étude, réalisée en Espagne et publiée dans Annals of the Rheumatic Diseases, les auteurs montrent qu’en effet, les patients goutteux auraient un RCV significativement plus élevé que celui attendu.

Cette étude a inclus 237 patients pris en charge pour un épisode goutteux dans une unité hospitalière de rhumatologie, à Alicante (Espagne). Pour 30 de ces 237 patients, il s’agissait d’une première crise de goutte, les autres patients étant goutteux depuis 4 années, en moyenne. 86.5% de ces patients étaient de sexe masculin, l’âge moyen était de 63.7 ans. Tous les patients ont bénéficié d’une consultation en cardiologie avec évaluation des facteurs de RCV et calcul de ce RCV à l’aide de deux outils, d’une part le SCORE (Systematic COronary Evaluation), d’autre part le FHS (Framingham Heart Study). Avec ces calculateurs, 40.1% (n=95) des patients étaient classés à haut RCV. Tous les patients étaient également soumis à une échographie carotidienne ; les résultats de celle-ci portaient à 67.9 le pourcentage de patients classés à haut RCV (n=161, soit un relèvement de plus de 50% par rapport au RCV estimé par les calculateurs. Ces derniers n’étaient que faiblement prédictifs de l’existence de plaques athéromateuses carotidiennes chez ces patients goutteux.

Bien que cette étude ait comme faiblesse méthodologique de ne pas inclure un groupe témoin, ces résultats doivent sans doute inciter à ne pas se contenter des calculateurs pour estimer un RCV chez un patient goutteux, qu’une échographie carotidienne et une mesure du score calcique coronarien seraient également nécessaires.

Sources : 

Mariano Andrés et coll. Cardiovascular risk of patients with gout seen at rheumatology clinics following a structured assessment. Ann Rheum Dis doi:10.1136/annrheumdis-2016-210357, article publié en ligne le 16 janvier 2017.

http://ard.bmj.com/content/early/2017/01/16/annrheumdis-2016-210357.abstract

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…