Vaccin anti-HPV : les gynécologues dénoncent des "fake news" | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Vaccin anti-HPV : les gynécologues dénoncent des "fake news"

vaste étude de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) de 2015, complétée par une récente étude canadienne, a confirmé l’absence de lien entre vaccin anti-HPV et maladies auto-immunes.

En France, la situation de la prévention vaccinale antipapillomavirus, est loin d’être optimale. Ainsi, à ce jour, le taux de couverture vaccinale est l’un des plus bas en Europe : moins de 20 % de la population cible est vaccinée alors que le Plan cancer 2014-2019 fixe un objectif de 60 %. Et ces "fake news" apparaissent d’autant plus problématiques que l’évolution de cette vaccination ces dernières années est plutôt à la baisse : "les années suivant sa mise en place en 2007, on avait un taux de 30 %, aujourd’hui on est à 18 %", regrette Jean Gondry.

Actuellement, plus de 1 100 femmes meurent chaque année de ce cancer en France, l’un des seuls pour lequel le pronostic se dégrade en France. Le taux de survie à 5 ans après le diagnostic est en effet passé de 68 % en 1989-93 à 62 % en 2005-10. Près de 3 000 cas de cancers du col utérin sont diagnostiqués chaque année. S’y ajoutent les cancers ORL et anaux liés au HPV, qui augmentent de façon majeure ces dernières années.

13 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…