Pénurie de médicaments indispensables : il y a urgence, pour l’Académie de pharmacie | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Pénurie de médicaments indispensables : il y a urgence, pour l’Académie de pharmacie

tout d’abord des mesures d’urgence, qui concernent les aspects de gouvernance, économique et réglementaire. Elle souhaite la désignation d’un coordonnateur chargé de mettre en place en place un "groupe élargi" (constitué des représentants des administrations et agences concernées, de l’industrie, des pharmaciens hospitaliers et officinaux, et des académies), de recenser les "médicaments indispensables", et de définir le plan d’action pour chaque produit identifié. Ils prônent une révision du prix, lorsque cela est le facteur limitant, et la révision urgente des conditions d’appels d’offres en : encourageant la multiplicité des fournisseurs, et en imposant des quantités contractuelles prévisionnelles. Sur le plan réglementaire, il apparait important de respecter les délais d’enregistrement réglementaires (AMM et variations d’AMM), et de prévoir un système d’accompagnement et de dialogue avec les industriels, "sur un mode de flexibilité réglementaire à l’instar de ce qui a été mis en place par les États-Unis en 2013" précise le texte.

Concernant les mesures de prévention à moyen et à long terme, les académiciens souhaitent la création d’un comité stratégique au niveau de la Commission européenne, visant, en particulier à limiter les effets de « dumping » entre les États membres. Ils veulent par ailleurs "créer les conditions d’une relocalisation de la synthèse des substances actives […] en Europe, pour atteindre, par paliers, une indépendance de l’Europe […] pour les "médicaments indispensables"". Il s’agit par exemple de créer une taxe à l’importation en Europe des substances actives fabriquées hors Europe ; de développer un crédit d’impôt-production pour encourager la relocalisation de l’outil industriel pour les matières actives et les formes pharmaceutiques injectables ; d’encourager la recherche française et européenne ; et de promouvoir l’harmonisation des formes et des formules pharmaceutiques au niveau européen pour les "médicaments indispensables" identifiés. En outre, les experts prônent une plus grande implication de la Commission européenne et de l’agence européenne du médicament (EMA) "dans une démarche d’harmonisation internationale" et de "faciliter les démarches des industriels visant à la convergence des conditionnements primaires et des notices des médicaments anciens au travers de l’Europe".

 

Vaccins : harmoniser et anticiper

 

Enfin, concernant le cas particulier des vaccins, les académiciens encouragent à réduire "au strict nécessaire" les contrôles de libération lot par lot réalisés par les autorités réglementaires ; informer l’industrie le plus en amont possible des changements de recommandation vaccinale (calendrier et obligations) ; rechercher une harmonisation des calendriers européens des vaccinations ; et harmoniser le plus possible les conditionnements et les notices.

Sources : 

Ministère de la Santé. AFP

8 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…