Lutte contre l’alcoolisme : les Français dénoncent un manque d’engagement de l’Etat | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Lutte contre l’alcoolisme : les Français dénoncent un manque d’engagement de l’Etat

A l’instar des actions menées contre le tabagisme et qui semblent commencer à porter leurs fruits, la Ligue contre le cancer, qui fête ses 100 années d’existence, souhaite renforcer la lutte contre l’alcoolisme dans le cadre de la prévention des cancers et des maladies chroniques.

Elle interpelle aujourd’hui les pouvoirs publics sur le retard pris dans ce domaine, et s’appuie pour cela sur les résultats d’un sondage qui visait à mesurer les connaissances des Français sur les risques liés à l’alcool et leur perception des actions qui pourraient être prises pour en réduire la consommation. Cette enquête a été réalisée par Opinion Way auprès d’un échantillon représentatif de la population française de plus de 18 ans.

Il en ressort que les Français sous-estiment les risques liés à l’alcool. Seul 1 sur 4 (23%) l’identifie comme deuxième facteur de risque de cancer (et seulement 18% des 18-24 ans). Plus de la moitié des Français (54%) n’ont pas l’impression de prendre des risques en buvant de l’alcool. Ils sont 39% à l’associer uniquement au cancer du foie ; et seulement 46% sont conscients que l’alcool peut engendrer un cancer du sein.

Pour la majorité des sondés, l’industrie de l’alcool représente un frein à la mise en place d’une politique de santé efficace. 77 % des Français pensent que les producteurs d’alcool influencent les pouvoirs publics ; et 66% pensent que les producteurs empêchent la mise en place d’une politique de santé efficace. Au final, 58% des sondés considèrent que les pouvoirs publics n'en font pas assez pour prévenir les risques liés à la consommation d’alcool. Et dans ce domaine, les jeunes apparaissent particulièrement critiques vis-à-vis de la stratégie de l’Etat qu’ils jugent influencée par l’industrie de l’alcool.

Point positif, les Français se montrent largement favorables à des mesures fortes et concrètes : étiquetage spécifique sur les boissons alcoolisées mentionnant les risques (81%) ; meilleure prévention chez les jeunes (plus de 9 sur 10) ; ou interdiction totale de la publicité sur les produits alcoolisés, y compris sur internet (7 sur 10). Des actions financières sont aussi plébiscitées : taxation sur les produits contenant de l’alcool (58%) ; ou augmentation du prix des produits contenant de l’alcool (54%).

Au vu de ces données, la Ligue demande "un vrai plan de prévention et de prise en compte de l’alcool dans la lutte contre le cancer et dans la prévention des maladies chroniques, comme cela a été le cas avec le PNRT (plan national de réduction du tabagisme)". Elle s’emparera de ce thème à l’occasion des 1ers Etats généraux de la prévention des cancers qui auront lieu le 21 novembre 2018 à Paris. La Ligue contre le cancer demande au Gouvernement, sans plus attendre : l’interdiction totale de la publicité des produits alcoolisés, internet compris ; un étiquetage spécifique sur les risques liés à la consommation d’alcool sur tous les produits alcoolisés ; une taxation au gramme d’alcool sur les produits en contenant.

Sources : 

 La ligue contre le cancer, 14 juin 2018

1 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…