Diminuer les transfusions sanguines pour améliorer la sécurité des patients et faire des économies | egora.fr
PUB

Vous êtes ici

A+ A-

Diminuer les transfusions sanguines pour améliorer la sécurité des patients et faire des économies

En France, le taux de transfusions per et postopératoires s’élèverait à 40%. A l’échelon international on considère que près de 60% des prescriptions de concentrés globulaires seraient inappropriées. Or, les conséquences de cette pratique sont majeures, tant au regard des risques qu’elle entraine pour le patient, que d’un point de vue économique. C’est pourquoi es experts ont décidé de mettre en place en France un programme international de rationalisation des transfusions sanguines nommé "Patient Blood Management", ou "gestion personnalisée du capital sanguin".

 

Les transfusions sanguines ont un rôle majeur, et sauvent de nombreuses vies en particulier dans le contexte chirurgical, pour lutter contre une anémie péri-opératoire ou une hémorragie. Mais les produits sanguins ne sont pas des médicaments comme les autres. Ils exposent le patient à des risques particuliers. Si les conséquences négatives d’une anémie préopératoire, liées en général à une carence martiale, sont actuellement bien établies (augmentation de l’incidence des complications opératoires, des durées moyennes de séjour et des coûts d’hospitalisations), la transfusion de concentrés globulaires, utilisée en première intention actuellement dans cette situation, est loin d’être anodine et s’associerait à des risques. Ainsi, les données de la littérature ont mis en évidence une corrélation forte et indépendante entre transfusion périopératoire et accroissement des infections, septicémies, accidents ischémiques (AVC, infarctus, insuffisance rénale), maladie thrombo-embolique veineuse, syndrome de défaillance multiviscérale, syndrome de détresse respiratoire aiguë…. Tous les types de chirurgie étant concernés.

En outre, ce sont des produits rares, précieux, chers, et exposés facilement à des pénuries. Le vieillissement en est un facteur majeur. En effet, les personnes âgées sont celles qui ont le plus de besoins transfusionnels, mais qui, en même temps, ne peuvent plus être donneurs. Jouent aussi les progrès médicaux. Au final, les besoins de concentrés globulaires ne cessent de croitre.

Un autre facteur de pénurie est la proportion très importante de transfusions inadaptées. En 2011, un groupe international d’experts a estimé que seules 12% des décisions de transfusions étaient...

Sources : 

communiqué de presse de Patient blood managment, 13 décembre 2018

http://colloque-pbm.com/livre-blanc-du-pbm/

12 commentaires

D'accord, pas d'accord ?
Débattez-en avec vos confrères.

Vous n'avez pas de compte ?

Inscrivez-vous gratuitement

 

Site d’informations médicales et professionnelles,
Egora.fr s’adresse aux médecins, étudiants des facultés de médecine et professionnels de santé (infirmier, kiné, dentiste…). Nous traitons des sujets qui font le quotidien des médecins généralistes (démographie médicale, consultation, rémunération, charges, relations avec la CPAM, FMC, remplacement, annonces) et plus largement de tout ce qui concerne l’actualité santé : pathologies, médicaments, hôpital, recherche, sciences…